Feu la plus grosse IPO d’une cleantech en Europe : Isovoltaic renonce

Print Friendly, PDF & Email

La société autrichienne Isovoltaic, l’un des leaders mondiaux des « backsheets », ces films plastiques placés à l’arrière des panneaux solaires photovoltaïques, a finalement renoncé à se coter à la Bourse de Vienne, pour cause de climat boursier trop médiocre en Europe. Plusieurs groupes ont renoncé à entrer en Bourse ces dernières semaines en Europe, y compris à Londres, car les difficultés des dettes souveraines de plusieurs pays européens éloignent les investisseurs, dont  le groupe indien BILT Paper, le fournisseur de systèmes de paiement en ligne Skrill ou le distributeur russe de téléphones Euroset.

Profitant du boom de 10% à 20% des valeurs solaires depuis l’accident de la centrale de Fukushima, les propriétaires d’Isovoltaic (essaimée l’an dernier du groupe solaire allemand Isovolta) voulaient en vendre ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.