Des collectivités généreuses et d’autres avares sur les EnR (étude)

Print Friendly, PDF & Email

Dans la jungle des aides publiques aux énergies renouvelables (EnR) et aux économies d’énergies pour les particuliers, certaines régions sont beaucoup plus généreuses que d’autres. Stimulant la demande, les incitations financières des collectivités peuvent avoir des répercussions économiques importantes sur les territoires.

Et à ce petit jeu, la situation est assez contrastée selon l’étude réalisée par le cabinet parisien Amane Energie pour le site Internet Consoneo, un portail d’information branché sur les EnR et les économies d’énergies (conseil, guide des aides, simulation de projet, annuaire des professionnels, forum…).

Le solaire thermique à la faveur des collectivités

3.320 aides et subventions ont été recensées, distribuées aux particuliers par les collectivités : conseils régionaux, conseils généraux, communautés de communes et communes. L’étude s’est penchée sur l’année 2010 (actualisée au 11 février dernier) et se focalise sur les incitations proposées, et non celles qui sont vraiment allouées.

Toutes collectivités confondues, le solaire thermique est de loin le secteur le plus concerné, avec plus d’une aide sur deux liée à cette technologie. La filière bois (23%), les pompes à chaleur (12%) et le photovoltaïque (7%) arrivent ensuite. L’éolien et les aides aux projets d’isolation ferment la marche avec très peu d’engouement de la part des pouvoirs publics.

Pays de la Loire en tête

Parmi les régions, Pays de la Loire semble la plus généreuse avec un montant total potentiel de 20.146 euros d’aides par foyer, tous projets d’EnR et d’économies d’énergies confondus, selon le baromètre. La Corse suit derrière (17.980 €), avec la Lorraine (16.056 €) et l’Ile-de-France (13.715 €). Les régions Aquitaine, Franche-Comté et Bretagne sont les dernières de la classe avec un effort mesuré, inférieur à 510 €. Dans le ventre mou du classement, on retrouve, en partie, les régions de la moitié sud du pays.

Par énergie, cette fois, la Corse et la Lorraine se distinguent clairement comme les plus généreuses sur le photovoltaïque, derrière Poitou-Charentes, Limousin et Ile-de-France. Le reste des régions est plutôt avare sur ce secteur, selon l’étude. Sur le solaire thermique, les collectivités de Pays de la Loire et Nord-Pas-de-Calais sont les premières, celles de Languedoc-Roussillon et de Franche-Comté les dernières. Dans l’ensemble, toutes les régions veulent mettre plus ou moins la main à la poche pour soutenir cette énergie.

Sur le bois, l’Auvergne se détache devant Haute-Normandie, Corse et Poitou-Charentes. Par contre, Picardie, Midi-Pyrénées, Languedoc Roussillon et Champagne Ardenne sont quasi-inactives pour soutenir ce marché. Sur l’éolien, le classement est simple, cinq régions seulement soutiennent la demande : Poitou-Charentes, Lorraine, Bourgogne, Languedoc-Roussillon, et Basse-Normandie.

Les aides à l’isolation sont particulièrement proposées en Ile-de-France, région fortement urbanisée. Sur les projets de pompes à chaleur, c’est la Corse et la Lorraine qui s’illustrent principalement.

L’étude ne prend pas en compte les aides et les subventions aux projets agricoles, tertiaires et industriels.

Pour aller plus loin : télécharger le dossier de presse concernant l’étude Consoneo / Amane Energie (pdf)