Les premiers gagnants et perdants de l’éolien offshore français (Premium)

Print Friendly, PDF & Email

Il y a des déçus, et aussi des heureux ! Le lancement de l’appel d’offres — annoncé cette semaine et effectif en mai prochain — pour l’installation d’une première tranche de 3.000 MW d’éolien offshore au large des côtes françaises rebat les cartes et met en position de force certains acteurs plus que d’autres. L’avenir à court et moyen terme de la filière française va indéniablement se jouer sur ces cinq « zones propices » déterminées par l’Etat.

Plusieurs catégories d’entreprises se dessinent déjà. Et la taille des marchés en jeu devrait favoriser les rapprochements et la constitution de consortiums.

GreenUnivers avait recensé il y a 6 mois une petite quarantaine de projets, avec une quinzaine de développeurs. Sur cette base, GreenUnivers a consulté les principaux acteurs pour un nouvel état des lieux. Compte-tenu des zones retenues, ...