Jean-Louis Bal élu à la tête du SER

Print Friendly, PDF & Email

Président du Syndicat des énergies renouvelables depuis 1997, André Antolini va laisser sa place le 1er mars prochain à Jean-Louis Bal, actuellement directeur Productions et énergies durables de l’Ademe. La décision a été prise hier par l’Assemblée générale de l’organisation professionnelle.

Dans cette élection pour la présidence du SER, Jean-Louis Bal était opposé à Charles-André Roche, directeur général adjoint de la société Endurance Energies, spécialisée sur l’énergie photovoltaïque. Ce cadre respecté et reconnu de l’Ademe a reçu un véritable plébiscite avec 90% des suffrages.

Ingénieur de formation, Jean-Louis Bal a travaillé dans le domaine de l’énergie solaire pour le secteur privé durant 17 ans avant de rejoindre l’Ademe en 1992. Il est l’un des grands promoteurs des énergies renouvelables en France, et a été l’un des principaux rapporteurs du Grenelle de l’environnement.

« En tant que futur Président du SER, je m’attacherai à la solidarité de toutes les filières en n’oubliant pas que, dans notre pays, si l’éolien et le photovoltaïque sont les filières les plus médiatisées, toutes les autres doivent contribuer de façon significative à l’objectif 2020 (de 23% d’énergies renouvelables, NDLR) », a affirmé le nouveau président.

André Antolini restera dans l’équipe dirigeante du syndicat, puisqu’il est nommé Président d’honneur et aura une mission de conseiller spécial du nouveau Président. Il avait remis son mandat en jeu cet été, après 13 ans de règne. Sous sa direction, le SER est passé de 7 membres à plus de 550 entreprises adhérentes, et est aujourd’hui le principal représentant du secteur des EnR en France.

Sa position avait néanmoins été décriée ces derniers mois, notamment sur la situation du marché photovoltaïque, entre changements réglementaires mal orchestrés par le gouvernement et crise de croissance du marché.