Le chinois GCL Poly entre en conquérant sur le marché solaire US (Premium)

Print Friendly, PDF & Email

Les chinois débarquent dans un secteur solaire américain en plein boom : le premier fabricant chinois de polysilicium et de wafers pour cellules solaires, GCL Poly va devenir installateur solaire aux Etats-Unis, et à grande échelle, ...

en s’emparant de la moitié des projets photovoltaïques du californien SolarReserve, soit plus de 1 GW, pour un prix non dévoilé.

Arrivant sur un marché dominé par des groupes américains ou européens, c’est la plus grande initiative de ce type d’un groupe chinois en Californie, un peu similaire à la naissance des centrales éoliennes chinoises au Texas. La preuve éclatante que les groupes chinois, de simples fabricants, deviennent commanditaires. Et prudent, GCL a préféré s’allier à un leader local, exactement comme le font les Occidentaux en Chine.

GCL Poly s’assure ainsi un nouveau débouché pour écouler ses wafers solaires, tout en bénéficiant des facilités de crédits du secteur aux Etats-Unis pour les grandes centrales au sol.

100 millions de crédits bancaires, en plus

C’est une semaine faste pour le groupe, qui de fabricant de wafers est devenu depuis 2009 installateur photovoltaïque en Chine, où il a démarré une première centrale de 20 MW.

Mais le groupe chinois vient aussi de recevoir de la très vénérable banque américaine Wells Fargo des crédits de 100 millions de dollars pour financer de futurs projets solaires dans l’ouest américain d’ici fin 2011. Une consécration, puisque Wells Fargo est l’un des grands bailleurs de fonds du secteur, avec près de 200 projets solaires financés.

GCL Poly a créé sa filiale GCL Solar l’an dernier dans le but affiché de devenir un grand du secteur solaire aux Etats-Unis.

1,1 GW de projets solaires d’un coup

Avec SolarReserve, il va créer une joint-venture qui reprendra les projets de SolarReserve d’ouvrir plus de 40 centrales photovoltaïques aux Etats-Unis, d’une taille de 5 à 20 MW chacune. En tout, 1,1 GW. La construction d’une première série de projets d’un total de 400 MW débutera dès 2011.

SolarReserve, fondé en 2008 par le géant industriel United Technologies et le fonds d’investissement US Renewables, est pourtant spécialiste des centrales solaires thermiques, avec une technologie qui utilise du sel fondu comme liquide calorifique. Il revendique un portefeuille de centrales thermiques en projet de 3 GW.

Mais le groupe chinois, outre un nouveau marché, cherchait surtout les appuis locaux de SolarReserve et sa capacité d’acquérir des terrains ou des concessions de terrains publics, plutôt qu’un partenaire technologique. Les financements de Wells Fargo tomberont à pic.

Ce n’est pas la première fois que GCL fait équipe avec une entreprise nord-américaine. En Chine, il est également engagé dans une coopération fructueuse avec Satcon, via sa filiale GCL Solar System, qui pourrait même être introduite en Bourse l’année prochaine.

En septembre 2009, GCL Solar avait établi son premier centre de R&D aux USA et l’entreprise chinoise y compte actuellement deux projets en construction, totalisant 11 MW.

L’initiative surprise de GCL Poly marque le poids grandissant des groupes chinois dans le solaire en Californie, où leurs panneaux bon marché ont déjà raflé 40% du marché des toits résidentiels. Mais jusqu’ici aucun ne s’est lancé dans l’installation aux Etats-Unis. C’est une belle revanche pour un pays jusqu’ici cantonné à la fabrication de wafers et panneaux solaires, dont elle est de loin le premier producteur mondial.