Energies renouvelables : un domaine partagé entre NKM et Besson ?

Print Friendly, PDF & Email

Nathalie Kosciusko-Morizet s’est battue pour ne pas avoir un ministère au rabais et elle a gagné : alors que les énergies renouvelables semblaient logiquement rattachées à Eric Beson, nommé ministre de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie numérique, elles devraient finalement être un domaine partagé entre les deux ministères.

Les attributions de la nouvelle ministre de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, précisées en Conseil des ministres et qui devraient paraître dans les prochains jours au Journal Officiel, précise en effet qu’elle est « responsable, en lien avec le ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, de la préparation et de la mise en œuvre de la politique du Gouvernement en matière d’énergies renouvelables, notamment en matière tarifaire, du développement et de la promotion des technologies vertes et de la diminution de la consommation énergétique ».

NKM gardera même un oeil sur le nucléaire : elle « élabore et met en œuvre, conjointement avec le ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, la politique en matière de sûreté nucléaire. »

Concrètement, elle devrait donc conserver la Direction générale de l’énergie et du climat dans son périmètre, comme sous l’ère Borloo.

Une situation complexe ?

C’est une nouvelle qui va rassurer les ONG pro-environnement, qui étaient montées au créneau contre le rattachement des énergies renouvelables à Bercy et voyaient dans ce changement la fin des grandes ambitions du Grenelle de l’environnement.

Mais la situation risque cependant de ne pas être simple. Car Eric Besson reste bien officiellement le ministre de l’Energie ! Les joutes entre les deux ministères pourraient donc être nombreuses, ce qui risque de complexifier et de retarder la prise de décisions. Ce qui ne serait pas forcément très positif pour le secteur.

Enfin, notons un autre point positif pour la nouvelle ministre, elle sera bien en charge des négociations européennes et internationales sur le climat, « en concertation avec le ministre d’État, ministre des Affaires Étrangères et Européennes. » Et de fait, elle sera bien présente à la prochaine conférence des Nations Unies sur le climat, qui s’ouvre à Cancun le 29 novembre.