Deals du 25 octobre au 2 novembre : Avis de gros temps dans l’éolien occidental, embellie pour le smartgrid français (Premium)

Print Friendly, PDF & Email

La France s’est mise à l’heure du smartgrid cette semaine, avec deux belles levées de fonds pour les start-up Neelogy et Actility après du même investisseur : le fonds Truffle Capital, dont le portefeuille dans les cleantech commence à devenir imposant.

Dans le solaire, où la consolidation du marché a commencé, l’absence de visibilité et les baisses des tarifs d’achat conduisent certains acteurs à faire évoluer leur stratégie, à l’image de France Panneaux Solaires et 3i Plus alors que, de son côté, Voltalia a obtenu les permis de construire pour sa future centrale de La Barben, dans les Bouches-du-Rhône, qui avec 96 MW de puissance installée (répartis sur huit tranches de 12 MW) devrait devenir la plus grande de France.

Côté transports, les véhicules électriques de masse vont bientôt débarquer et la distribution s’organise : le groupe Mobivia (ex-Norauto) lance Alter Move, une enseigne dédiée à la mobilité électrique, et la jeune société Zen’Auto se lance, elle aussi, sur le créneau.

A l’international, sauf en Chine, l’éolien traverse une mauvaise passe. Aux Etats-Unis, les installations de nouvelles turbines ont ralenti de 72% sur les neuf premiers mois de 2010. Et les groupes américains et ceux qui vendent aux Etats-Unis s’essoufflent. D’où le ratage de l’introduction en Bourse du développeur éolien américain First Wind, et le rachat à 100% du fabricant américano-britannique de turbines Clipper.

Autre conséquence, le leader mondial Vestas va tailler dans ses effectifs au Danemark et en Suède, mais il va recruter en Chine. L’un de ses rivaux, l’espagnol Gamesa, avance, lui, ses pions dans l’offshore, avec notamment un accord avec le groupe américain Northrop Grumman Shipbuilding.

Le marché boursier reste tout aussi difficile pour le géant italien Enel, qui a finalement dû abaisser son prix d’émission de 20%.

En Grande-Bretagne, le plan de rigueur a eu des conséquences finalement favorables aux cleantech, les principales mesures d’aide ont été préservées et le système prévu de marché des droits d’émission de carbone s’est transformé tout bonnement en une taxe carbone.

Dans le solaire, tout va bien dans le solaire thermique américain : plusieurs centrales solaires thermiques géantes ont été autorisées, malgré les doutes sur le modèle économique de cette technologie par rapport au photovoltaïque, et la super-centrale de BrightSource, dans lequel a investi Alstom, a trouvé de nouveaux financements.

Dans le photovoltaïque, une nouvelle grande centrale européenne a été rachetée par des fonds, et le constructeur automobile chinois BYD, comme promis, se lance en grand dans la fabrication de cellules.

Voici le détail des deals de la semaine :

France ...