Un défi fou : une voiture qui roule à 1 litre au 100 km

Print Friendly, PDF & Email

Alors qu’aux Etats-Unis, trois prototypes (cf photo ci-contre) viennent de remporter le challenge X-Prize pour avoir roulé plus de 100 miles avec un seul gallon de carburant (soit environ 42 km pour un litre), une association française lance aux étudiants du monde entier un défi encore plus fou : rouler avec seulement 1 litre pour 100 km. En d’autres termes, une toute petite voiture à très faible consommation.

Pour remporter ce Challenge 1 litre (d’essence ou diesel) pour 100 km, il faudra construire un prototype de véhicule deux places avec un petit espace bagages. Le « Challenge 1 litre 100km » est ouvert aux étudiants de tousles pays et la course se déroulera en France en juin 2011.

L’initiateur du projet est un ingénieur spécialiste du pétrole, Jean-Luc Wingert, auteur en 2005 de « La Vie après le Pétrole  » (Editions Autrement) qui avertit régulièrement que le pétrole n’est pas inépuisable, que son pic est proche et qu’il est urgent de l’économiser. « Un rapport confidentiel du département d’analyse stratégique de l’armée allemande récemment dévoilé dans la presse indique que le maximum de la production mondiale de pétrole devrait avoir lieu aux alentours de… 2010 ! », souligne-t-il.

Ce défi est organisé par l’Association Challenge 1 litre 100 km, présidée par Jean-Luc Wingert, avec aussi un organisateur d’événements sportifs internationaux, un designer et un ingénieur motoriste.

La première édition aura lieu près de Nancy, les 8, 9 et 10 juin 2011. Propulsés à l’essence ou au diesel, les véhicules compareront leurs performances sur circuit (de tels prototypes ne sont pas homologués pour circuler sur la chaussée). « Les véhicules concourant pour le Challenge 1 litre 100 km n’émettront que 27g CO2 par km », estime l’association, « ce qui est très inférieur aux meilleurs véhicules (4 places) qui sont actuellement à 88g CO2 par km. Mais c’est aussi très inférieur aux véhicules électriques : lorsque l’on tient compte des émissions de CO2 engendrées par la production d’électricité nous sommes à plus de 100g CO2 par km (126g selon une étude de l’ADEME datant de 2008) », soulignent les organisateurs.

Pour cette première édition, le but est d’identifier parmi l’offre de motorisation existante (certainement issue du monde des deux-roues), laquelle est la plus adaptée à ce défi, et d’évaluer les techniques hybrides qui permettent notamment de récupérer l’énergie au freinage. Le deuxième objectif est d’envisager, grâce à la participation d’étudiants en design, la forme que pourra prendre un tel véhicule.