Le futur succès des véhicules électriques surestimé ?

Print Friendly, PDF & Email

Dans dix ans, les réticences liées à l’achat d’un véhicule à énergie de substitution constitueront encore un obstacle difficile à franchir pour les consommateurs, selon la dernière étude du cabinet J.D. Power Associates, intitulée  » Drive Green 2020 : More Hope than Reality « . Un rapport qui apporte un sérieux bémol par rapport à d’autres récentes études alors que les véhicules électriques de masse vont bientôt arriver sur le marché.

Les inquiétudes au sujet des véhicules hybrides électriques (VHE) et des véhicules électriques à batterie (VEB) se focaliseraient essentiellement sur les questions du coût global et des performances des batteries – l’autonomie et le temps requis pour le rechargement. Selon le rapport, les ventes mondiales combinées de VHE et VEB devraient atteindre 5,2 millions d’unités en 2020, soit seulement 7,3% des 70,9 millions de véhicules de tourisme vendus en 2020. A titre de comparaison, en 2010 les ventes mondiales de VHE et de VEB devraient totaliser 954 500 unités, représentant 2,2% du total des ventes.

Dans le détail, les VHE devraient représenter 75% des 5,2 millions de véhicules à énergie de substitution vendus en 2020. Les principaux marchés seront les États-Unis avec 1,7 million d’unités, l’Europe (977 000 d’unités) et le Japon (875 000 d’unités). Les ventes de VHE seront inférieures à 100 000 unités en Chine.

La Chine pionnière des véhicules tout électrique

La hiérarchie serait différente pour les VEB, puisqu’à l’horizon 2020 l’Europe serait le premier marché avec 742 000 unités vendues, suivie par la Chine (332 000) les États-Unis et le Japon, avec environ100000 véhicules chacun.

Si le rapport tend à modérer l’enthousiasme de ceux qui voient les véhicules tout-électrique s’imposer facilement, il reconnaît aussi l’imprévisibilité du diagnostic compte tenu des différents cadres réglementaires susceptibles d’être mis en place pour promouvoir l’adoption de ces nouvelles technologies. A cet égard la Chine pourrait, selon le rapport, jouer un rôle majeur dans la réussite commerciale des VEB. Les spécificités de son régime politique, sa capacité à planifier et imposer, ses ressources financières, la taille de son marché automobile et son rythme de croissance, tous ces facteurs pourraient à la fois favoriser l’émergence d’une norme technologique dominante et la fabrication de véhicules à énergie de substitution produits à faible coût.

Selon un sondage mené par Ernst Young en avril 2010, 60% des Chinois interrogés se disaient prêts à acheter un VHE ou un VEB, soit 5 fois plus que les Américains, les Français, les Allemands ou les Japonais.

Olivier Sasportas