La psychologie des économies d’énergies, un bon filon pour Tendril (Premium)

Print Friendly, PDF & Email

Preuve que le secteur du smartgrid est plus que jamais survolté, voici un nouveau rachat aux Etats-Unis, et cette fois entre deux start-up : ...

Article précédentNouveau rachat dans le solaire italien (Premium)
Article suivantEWEA : « L’objectif de 230 GW d’éolien en Europe en 2020 est atteignable, mais attention aux réseaux »

3 COMMENTS

  1. Merci, c’est un point un peu flou: sauf erreur c’est bien la loi Nome qui autorise « officiellement » les agrégateurs, plus précisément pour ce qui concerne la possibilité pour eux de facturer des usagers pour leurs sevices d’économie, mais elle n’est pas encore appliquée ? C’était du moins l’interprétation que m’avaient donné RTE et l’Ademe le mois dernier, mais je vais vérifier où nous en sommes…

  2. Bonjour,

    Intéressant article, mais votre conclusion me surprend. Il me semble au contraire que :
    1) Les agrégateurs sont tout à fait autorisés en France (Energy Pool et Voltalis y sont déjà actifs)
    2) Sauf à avoir loupé quelque chose, je ne vois rien dans les réformes à venir (NOME) qui viennent faire évoluer cette situation

    Qu’est-ce qui vous permet de dire que « de tels systèmes … mis en place par de nouveaux intermédiaires appelés « agrégateurs », ne sont pas encore autorisés en France mais devraient bientôt l’être » ?

    Cordialement,

Comments are closed.