Alstom Wind profite de la croissance de l’éolien en Turquie (Premium)

Print Friendly, PDF & Email

Après ses récents succès au Maroc, au Brésil et en Ecosse, le groupe français profite du boom de l’éolien en Turquie. Il vient d’y remporter un premier contrat : il va fournir ...

huit turbines de 3 MW à Eolos Wind Energy Generation, filiale du groupe de construction turc Güris, pour une ferme de 24 MW située près de la ville de Hatay, dans le sud du pays. Ce parc, dont Alstom assurera la maintenance pendant les cinq premières années, doit être opérationnel fin 2011 ou début 2012. Le montant du contrat n’a pas été dévoilé. Il s’agit de la deuxième ferme éolienne de Güris.

L’éolien est en forte croissance en Turquie. S’il ne représente aujourd’hui qu’un peu plus de 1,1 GW de capacités installées (sur 45,6 GW de puissance installée, toutes énergies confondues), l’objectif est d’atteindre 20 GW en 2023. Un premier cap de 5 GW devrait être atteint avant 2015. En 2009, 343 MW ont été installés, soit une hausse de 75% en un an.

Un autre français profite de ce boom : Akuo est en train de construire un parc de 150 MW, le plus important du pays, à l’est d’Ankara, un parc dont les turbines sont fournies par l’allemand REpower et qui représente un investissement de 210 millions d’euros.

Premier pas en Turquie

C’est le premier contrat remporté par le groupe français en Turquie. Alstom Wind a le vent en poupe : la société a récemment remporté un contrat de plus de 200 millions d’euros auprès de ScottishPower Renewables, filiale de l’espagnol Iberdrola Renovables, pour l’extension du plus grand parc éolien terrestre d’Europe, Whitelee, en Ecosse. Elle va fournir 69 turbines ECO 100, d’une puissance unitaire de 3 MW, et 6 turbines ECO 74, de 1,67 MW, soit une puissance de 217 MW. Ce qui permettra à ce parc qui affiche déjà 322 MW de puissance installée de passer à 539 MW.

Alstom Wind a aussi décroché des contrats au Maroc et au Brésil ces derniers mois.

S’il occupe une place encore très modeste dans l’éolien, le groupe affiche de grandes ambitions : « Pour l’instant, nous ne sommes pas dans le top 10 des fabricants, mais nous comptons bien l’intégrer à court terme », déclarait Robert Gleitz, vice-président marketing pour les énergies renouvelables chez Alstom Power, à GreenUnivers en juillet dernier. Le groupe réalise un peu moins de 500 millions d’euros de chiffre d’affaires dans le secteur, mais celui-ci affiche une croissance à deux chiffres.

Alstom a démarré sur le marché en 2007 via l’acquisition de la société espagnole Ecotècnia pour 350 millions d’euros. Il possède aujourd’hui une usine en Espagne et va construire deux nouveaux sites de production, l’un aux Etats-Unis et l’autre au Brésil.

Et au-delà de l’éolien terrestre, Alstom regarde aussi du côté de l’offshore : il prépare une turbine de 6 MW, dont la commercialisation est annoncée pour 2012 et compte investir dans un site de production dédié en Europe.