Mondial de l’automobile J-5 : des sportives électriques

Print Friendly, PDF & Email
Mercedes SLS AMG eDrive

Des voitures de sport électriques ? Le concept est a priori incongru tant le manque d’autonomie des batteries semble un obstacle au développement de bolides fonctionnant à l’électrique. Et pourtant ! Même s’il s’agira d’un marché de niche, les constructeurs n’oublient pas ce segment.

Pionniers du secteur, les constructeurs américains. Dès 2003, Martin Eberhard, le fondateur du désormais célèbre groupe Tesla Motors, décide de créer une voiture de sport électrique. Ce sera la Tesla Roadster, un modèle grand luxe avec une autonomie record de 340 Km dont les premiers exemplaires ont été commercialisés en 2009. Avec un prix de vente de près de 88 000 dollars, elle reste confidentielle avec guère plus de 1 000 unités vendues.

Mais grâce à ce premier modèle, Tesla s’est fait connaître : malgré des hauts et des bas dans son jeune parcours, l’entreprise a réussi à attirer à son capital le constructeur allemand Daimler et le fonds souverain d’Abou Dhabi Aabar, elle s’est introduite en Bourse en juin dernier, a signé un accord avec Toyota et elle a développé une berline électrique, la model S, annoncée pour 2012.

Fisker, un rival ambitieux

Sur le segment des voitures de sport, Tesla a vu arriver en 2008 un concurrent américain, Fisker. Il a conçu un modèle hybride de luxe, la Karma, qui doit sortir en 2011, avec un gros retard sur le calendrier initial. Prix de vente annoncé : 88 000 dollars. Là encore, Fisker a réussi à lever beaucoup d’argent pour se développer : de l’ordre de 300 millions de dollars !

Il compte parmi ses bailleurs de fonds le fabricant de batteries A123 Systems, qui lui fournira des batteries, les fonds Kleiner Perkins Caufield & Byers, Palo Alto Investors, le fonds souverain qatari Qatar Investment Authority, ainsi que Eco-Drive Capital Partners et Ace Investments.

En Europe, un pure player et des généralistes

Les constructeurs européens comptent bien se positionner également sur ce segment. Avec, par exemple, le constructeur monégasque Venturi, repris en 2001 par Gildo Pallanca Pastor qui a décidé de positionner la société sur le marché de l’électrique. Il a développé la Fétish, une sportive électrique aux lignes affinées qui n’a rien à envier aux modèles américains, présentée dès 2004. La Fétish est rare : seules 25 unités doivent circuler dans le monde. Et son prix de vente dépasse les 300 000 euros. Mais là encore, ce modèle d’exception a permis à Venturi de se positionner sur le marché de l’électrique et, depuis, il a conçu d’autres modèles, comme l’Eclectic, un petit véhicule urbain et péri-urbain, et travaille avec le groupe PSA pour la motorisation de certains de ses véhicules, dont l’utilitaire Berlingo de Citroën.

Les Allemands sont aussi sur les rangs. Mercedes a présenté une version électrique (eDrive) de son modèle SLS AMG, dont la mise en production en série limitée est prévue à l’horizon 2015. Son compatriote Audi prépare également une version électrique de la R8, baptisée e-Tron.