Le réunionnais Bioalgostral en route vers les biocarburants (Premium)

Print Friendly, PDF & Email

La start-up réunionnaise Bioalgostral, fondée en 2008, passe à la vitesse supérieure dans les biocarburants tirés des micro-algues et vise désormais un développement à l’échelle industrielle. Pour passer ce cap, elle vient de nouer un partenariat technologique avec une ...

pointure du secteur : le laboratoire privé allemand IGV, spécialiste des micro-algues depuis une trentaine d’années. Les deux acteurs vont développer un démonstrateur à l’échelle pré-industrielle à la Réunion courant 2011. Le projet est baptisé Albius (Algae biofuel unique innovative sustainable).

Les photobioréacteurs : des « hectares verticales »

Cette jeune société de 7 personnes, fondée par Laurent Blériot et René Duflot, cible les biocarburants pour l’automobile et les bio-kérosènes pour l’aviation. Pour cela, elle fait le pari d’une production en photobioréacteurs, un process industriel breveté par l’allemand IGV. La technique consiste à cultiver des micro-algues dans des réacteurs plats ou tubulaires transparents, afin de maximiser les surfaces éclairées par le soleil (ou par la lumière artificielle).

Par rapport à une culture en bassin ouvert, un photobioréacteur représente un « hectare vertical » selon Laurent Blériot, président de la société. Cette approche vise à augmenter le rendement de la production et à diminuer la surface de foncier utilisée, tout en maîtrisant les milieux de cultures et les conditions de production. « Nous comptons sur notre nouveau partenaire pour passer le cap industriel et nous positionner par rapport à la concurrence internationale », précise Laurent Blériot. A côté de ce partenariat, la start-up réfléchit également à trouver des financements extérieurs.

IGV a déjà fait volé un avion aux algues

Le laboratoire IGV a notamment participé en juin dernier au premier vol d’un avion léger bimoteur de Diamond Aircraft, alimenté en combustible 100% micro-algues. Le projet mené par EADS, a utilisé un carburant algale de l’argentin Biocombustibles del Chubut, raffiné par l’allemand VTS Verfahrenstechnik Schwedt.

Le partenariat entre le français et l’allemand est gagnant-gagnant : IGV apporte sa technologie et son expertise sur la biomasse algale et les photobioréacteurs, et Bioalgostral son expertise du climat intertropical et ses travaux de recherche sur un système de production de micro-algues. « Notre projet Albius est le développement d’un démonstrateur de 5 à 10 hectares, éligible dans le cadre du grand emprunt national », souligne le président. La société a fait une demande de subvention dans ce sens.

La réunion, un territoire expérimental

Bioalgostral veut faire de la Réunion un territoire expérimental sur la production de biocarburants tirés des micro-algues, l’île présentant des caractéristiques climatiques très favorables : fort ensoleillement toute l’année, température constante, et environnement marin propice à la culture de micro-organismes.

La start-up compte profiter au maximum de cet avantage, conjugué à une volonté politique forte mise sur orbite par le projet insulaire GERRI (Grenelle de l’Environnement à La Réunion – Réussir l’Innovation).

Bioalgostral présente aussi des travaux de recherche brevetés sur une production de micro-algues associée à une station d’épuration des eaux usées. Une technologie présentant l’avantage de diminuer le coût de production par une indépendance totale à l’engrais : C02, nitrate et potassium sont fournis par l’eau usée et un système de méthanisation. « Pour nous différencier, l’idée est d’utiliser pour nourrir les micro-algues les nutriments non valorisés des stations », argumente Laurent Blériot. La société compte intégrer à terme ses recherches à son développement industriel.

Les micro-algues, une approche à choix multiples

Le réunionnais fait partie de ces français ambitieux dans les biocarburants de troisième génération. En France les sociétés Fermentalg (production en fermenteur par hétérotrophie, c’est à dire sans lumière), BBtek (culture en bassins ouverts) et Microphyt (photobioréacteurs) sont aussi sur les rangs.

Des projets démonstrateurs en bassins ouverts sont également sur les rails, comme Salinalgue porté par la société Biocar, filiale biocarburant de La Compagnie du Vent, et le projet Safeoil mené par SARP Industries (Veolia Propreté) dans le cadre du pôle de compétitivité Mer Bretagne.