Aqua-tools veut installer ses filtres à eau dans les hôpitaux

Print Friendly, PDF & Email

La jeune société développe une gamme de filtres terminaux intégrés dans des pommeaux de douche et la robinetterie pour les hôpitaux et les installations publiques (centres sportifs, prisons…). Des produits innovants destinés à garantir une qualité hygiénique de l’eau.

Installée à Flins (Yvelines), cette start-up de 8 personnes est positionnée sur le contrôle microbiologique de l’eau. Elle a démarré son activité en 2007 en distribuant des kits conçus par la société canadienne LuminUltra pour mesurer la quantité de micro-organismes dans une solution aqueuse.

Aujourd’hui, elle est bien décidée à accélérer et vient de lever 700.000 euros auprès du fonds d’investissement Turenne Capital pour diversifier ses marchés, avec le lancement, en janvier prochain, de ses filtres à eau.

Dans les hôpitaux, les filtres terminaux stérilisés sont utilisés dans les services accueillant des patients fragiles sur le plan immunologique. Ils sont intégrés dans les pommeaux de douche ou dans la robinetterie pour prévenir les risques de propagation de maladies comme la légionellose.

Moins de déchets pour les hôpitaux

La concurrence, avec notamment l’américain Pall Biomédical, propose des cartouches filtrantes à membrane plissée dont la durée de vie est comprise entre  deux et quatre semaines. Et elle n’intègre pas de filière de recyclage des produits, qui ne peuvent s’adapter que sur un seul pommeau ou dispositif de robinetterie.

« Nos filtres terminaux sont constitués d’une membrane de microfiltration en fibre creuse double peau. Pour une même efficacité, ils ont la particularité d’offrir une durée de vie allant jusqu’à 3 mois environ », argumente Marc Raymond, fondateur et dirigeant d’Aqua-tools.

La société se concentre sur le développement des carters, c’est à dire les pommeaux et dispositifs de robinetterie qui accueillent les filtres, via une technologie brevetée. Ces carters visent à limiter le colmatage, c’est à dire le dépôt de calcaire qui entrave les fibres du filtre et nuisent donc à son fonctionnement.

Autre originalité, Aqua-tools compte revaloriser les cartouches filtrantes en retraitant la matière première des filtres. « Nous voulons aider le secteur hospitalier à produire moins de déchets », explique Marc Raymond.

Sur cette niche, Aqua-tools espère capter environ 5% du marché et impulser une logique éco-responsable.

La jeune société ambitionne surtout de devenir leader sur les nouveaux marchés des établissements fréquentés par du public : centres sportifs, hôtels, campings, etc. L’évolution réglementaire pousse en effet ces établissements à se prémunir contre les légionelles. Un vrai moteur pour Aqua-tools.

A côté de ses produits filtrants à usage unique, Aqua-Tools proposera aussi des dispositifs pour la douche et la robinetterie intégrant des cartouches filtrantes remplaçables. La société prospecte actuellement en Europe occidentale et aux Etats-Unis pour distribuer ses produits. A terme, elle veut enregistrer 50% de ses recettes à l’export sur ce segment.

Alexandre Simonnet