EnR : un tarif de rachat au niveau européen ?

Print Friendly, PDF & Email

Le commissaire européen à l’Energie Günther Oettinger s’est dit favorable à un mécanisme européen de tarifs garantis de rachat des énergies renouvelables, ce qu’il a appelé « une loi allemande sur les énergies renouvelables au niveau européen ». Ce tarif (feed-in tariff), déjà mis en place dans plusieurs pays de l’UE (Allemagne, France, Espagne, République Tchèque, Italie…) et prévu par plusieurs autres, notamment la Grande-Bretagne, permet aux producteurs d’EnR de revendre leur électricité à un niveau supérieur au prix du marché, subventionné par l’Etat.

C’est la première fois que le Commissaire européen, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse organisée ce jeudi par Greenpeace sur les bénéfices des énergies vertes, prenait une telle position.

A noter cependant que cette année, la plupart des Etats européens qui ont mis en place des tarifs de rachat, les ont réduit ou vont les réduire, rigueur oblige, notamment l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne. L’Espagne a même décidé de diminuer de 35% les tarifs de rachat de l’éolien et du solaire thermique, y compris pour les installations existantes, revenant sur la garantie de 25 ans généralement accordée pour les tarifs de rachat.

Dans l’UE, les EnR se sont déjà bien développées, selon un bilan récent. Grâce à ses généreux tarifs de rachat, l’Italie est devenue cette année le second pays installateur de solaire derrière l’Allemagne.

Selon une étude de Greenpeace et de l’EREC (European Renewable Energy Council), 97% de l’électricité européenne et 92% de son énergie totale pourraient provenir des renouvelables, avec à la clef une réduction de 95% des émissions de gaz à effet de serre de l’UE en 2050.