L’énergie des équipements électriques sous l’oeil de Watteco

Print Friendly, PDF & Email

Le français Watteco, spécialiste des solutions de gestion énergétique dans l’habitat, a mis au point un logiciel baptisé enPowerMe, capable d’observer la consommation des équipements électriques domestiques, sans capteurs.

Fondée en 1998 et basée à La Garde (Var), Watteco développe depuis une dizaine d’années ce logiciel destiné à être intégré dans les compteurs communicants, les routeurs Internet ou les systèmes de domotique. Cette solution ouvre la voie vers plus d’efficacité énergétique et représente un pas de plus vers le développement des réseaux intelligents, le smartgrid.

Observer les perturbations déclenchées par les équipements électriques

Le concept d’enPowerMe a été élaboré à fin des années 1990 à partir des travaux de l’ingénieur Paul Bertrand, fondateur de Watteco. «Lorsqu’un équipement électrique s’allume ou s’éteint, il déclenche sur le réseau électrique de la maison une perturbation physique » explique Eric Berthaud, président de la société, qui emploie une vingtaine de salariés. Le logiciel repose sur le traitement de ce phénomène naturel, et ne nécessite pas l’installation d’un imposant réseau de capteurs.

Installé dans un nœud électrique central de l’habitat, comme un tableau, un compteur électrique ou une box ADSL, le logiciel enPowerMe observe, reconnaît et étudie les perturbations créées par les plus gros consommateurs d’énergie de la maison : électroménager, chauffage électrique, etc.

Pour identifier correctement les différentes perturbations, et donc les différents équipements, le logiciel repose sur une base de données regroupant des dizaines de profils d’utilisation d’appareils s’appuyant sur cinq années d’études réalisées auprès de centaines de foyers. Le logiciel enPowerMe est capable ensuite d’afficher les principales consommations du foyer, détaillées dans le temps, sur un écran.

Ouvrir la voie aux applications de gestion énergétique

«Notre logiciel s’adresse aux spécialistes de matériel réseau, à l’image du géant américain Cisco, aux fabricants de compteurs communicants, comme le leader suisse Landis+Gyr, et aux fournisseurs d’accès à Internet », ajoute Eric Berthaud. Intégré dans leurs systèmes, le logiciel permet de développer un panel d’applications de gestion énergétique qu’ils seront en mesure de commercialiser ensuite : suivi et comparaison énergétique par équipement, possibilité d’effacement, pilotage à distance, etc.

Cette solution vient renforcer la technologie WPC (Watt Pusle Communication) déjà commercialisée par la société dans le domaine de la communication par courant porteur de ligne.

«Nous devrions réaliser un chiffre d’affaire de 3 millions d’euros cette année. Avec le décollage du smartgrid dans le monde, les revenus de la société pourraient être multipliés par dix à l’horizon 2013 », souligne Eric Berthaud.

Encore balbutiant, le marché des services de gestion énergétique est en effet lié à l’émergence des compteurs communicants promu à un fort développement : ils pourraient passer de 50 millions d’unités dans le monde à 250 millions en 2015, selon le cabinet américain Pike Research.

Alexandre Simonnet