Aux USA, la grande distribution investit dans le bâtiment vert

Print Friendly, PDF & Email

Nos Leroy-Merlin, Castorama et autres enseignes pour la maison pourraient s’en inspirer : la jeune société américaine Recurve, qui propose des audits-diagnostics et des services clés en mains pour économiser l’énergie dans la maison (regroupant, isolation, chaudière économe, chauffe-eau solaire, pose d’ampoules basse consommation et jusqu’aux panneaux solaires), vient de lever encore 8 millions de dollars, fournis pour moitié par la grande chaîne américaine de produits pour la maison Lowe.

Lowe (1.700 magasins) avait déjà un partenariat avec Recurve : dans ses magasins de la région de San Francisco, il vend des systèmes d’économies d’énergie co-brandés. L’enseigne a rejoint les investisseurs existants de Recurve — , les fonds RockPort Capital Partners, Shasta Ventures. Recurve a donc encaissé 16 millions de dollars de puis sa création il y a 6 ans.

Recurve, qui s’appelait avant “Sustainable Spaces”, compte utiliser ces nouveaux fonds pour se développer et étendre sa gamme de services. Son logiciel d’audit, dont une version commerciale est prévue en fin d’année, est déjà testé par de nombreuses entreprises du bâtiment.

Une tendance générale

Les concurrents de Lowe aux Etats-Unis, comme Home Depot et Masco, s’intéressent eux aussi de plus en plus au marché du bâtiment vert, appelé en anglais « retrofit ». Ainsi Masco a lancé en mars un service de bâtiment vert et diagnostic énergie et Home Depot propose un site internet où les consommateurs peuvent calculer eux-mêmes un diagnostic énergie de leur logement.

Les grandes enseignes ont aussi conclu des accords avec des fournisseurs de panneaux solaires : Lowe propose les services de l’installateur solaire Akeena Solar et Home Depot s’est allié à SolarCity qui installe des panneaux pour ses clients.

Selon le patron de Recurve Pratap Mukherjee, 70 millions de foyers américains ont besoin d’amélioration énergétique qui coûtent, en moyenne, 10.000 dollars – donc un énorme marché. D’autant que jusqu’à fin 2010 les Américains peuvent bénéficier d’un crédit d’impôt pour ce type de travaux (30% du montant, jusqu’à 1.500 dollars).

En France, l’enseigne de jardinage Botanic, qui ambitionne de devenir « le » distributeur des produits et services d’énergies renouvelables pour les particuliers, suit le modèle américain : elle a choisi de passer des partenariats avec des start-up spécialisées, comme récemment Watt & Home pour les produits solaires, avec dans certains cas des participations au capital.