Les entreprises séduites par la protection de la forêt (étude)

Print Friendly, PDF & Email

80% des entreprises sont intéressées par les projets de reforestation ou de déforestation évitée dans le cadre de la compensation de leurs émissions de gaz à effet de serre, selon un rapport publié par la société irlandaise EcoSecurities, spécialisée dans la gestion et le négoce de crédits carbone. Elles n’étaient que 58% en 2009.

C’est en Europe que la prise de conscience de la nécessité d’agir pour protéger les forêts progresse le plus : 84% des entreprises y sont sensibles, contre seulement 36% en 2009.

Et ce n’est pas seulement une déclaration d’intention puisque les entreprises et organisations interrogées mettent la main au portefeuille : une sur deux qui achète des crédits carbone acquiert déjà des crédits liés à la protection de la forêt.

La forêt, un atout contre le réchauffement climatique

Les projets de reboisement ou de déforestation évitée n’avaient pas été pris en compte dans le cadre des mécanismes de compensation carbone officiellement prévus par le protocole de Kyoto, qui permettent aux organisations et pays industrialisés de compenser leurs émissions de CO2 en achetant des crédits carbone délivrés par l’ONU dans le cadre de projets  visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre dans les pays en voie de développement.

Or, environ 16% des émissions de gaz à effet de serre proviennent de la destruction des forêts tropicales, selon les estimations.

L’intégration des projets liés à la forêt devait faire partie de l’accord négocié à Copenhague en décembre 2009. L’absence d’accord contraignant n’a pas permis de faire évoluer la situation.

Mais les entreprises et autres organisations peuvent toujours faire des achats « volontaires » de crédits carbone en dehors de ce cadre.

Selon le rapport d’EcoSecurities, les projets qui intéressent le plus les entreprises sont ceux liés à la reforestation d’espèces locales (89% de réponses positives) devant ceux permettant d’éviter la déforestation (78%).

Sur le plan géographique, les projets situés en Amérique latine sont les plus convoités dans le cadre de la compensation carbone.

L’étude a été réalisée en janvier et février 2010 auprès de 207 entreprises et organisations qui ont acheté au moins 7,9 millions de crédits carbone en 2009, dont environ 3 millions liés à des projets forestiers.