Les appareils économes coûtent trop cher

Print Friendly, PDF & Email

Les consommateurs qui s’offrent un appareil électroménager économe en énergie ne s’y retrouvent pas : l’économie sur la facture d’électricité permet rarement de compenser le surcoût du prix, conclut une enquête d’UFC-Que Choisir.

Par exemple, les réfrigérateurs-congélateurs les plus économes (A++) coûtent en moyenne 282 euros de plus que les moins économes (A), alors que l’économie d’électricité n’atteint que 160 euros en… 10 ans.

Idem pour les sèche-linge : les plus économes coûtent 532 euros plus cher et ne permettront  d’économiser en électricité  que 290 euros sur 10 ans.

L’association demande pour les appareils électroménagers un bonus-malus, comme pour les voitures, à l’instar de ce qui existe en Italie, aux Pays-Bas ou en Belgique, ainsi qu’une « remise à plat » de l’étiquetage qui classe les appareils de A à G, selon leur consommation d’énergie, alors que par exemple les réfrigérateurs B à G ne sont plus vendus et qu’ils sont en fait notés A pour les moins économes et  A+ ou A++ pour les meilleurs.

UFC propose aussi d’étendre l’étiquetage énergétique à tous les appareils — téléviseurs, ordinateurs, aspirateurs, etc.

Les appareils électroménagers, l’éclairage et l’audiovisuel représentent 15% de la consommation d’énergie des ménages, soit 239 euros par an en moyenne, selon le Centre d’études et de recherche économique sur l’énergie.