La Leaf de Nissan vendue en Europe dès fin 2010 pour environ 30.000 €

Print Friendly, PDF & Email

Elle sera la première voiture électrique de masse en Europe et dans le monde: la Leaf de Nissan, qui débarquera  dans quatre premiers pays européens fin 2010-début 2011, sera vendue 27.500 à 32.830 €, un tarif qui inclut les primes à l’achat de véhicules propres décidées dans de nombreux pays de l’UE. (Voir la fiche complète de la Leaf dans notre Annuaire des voitures électriques).

Ce prix, que vient d’annoncer Nissan, sera donc supérieur au prix de la Leaf aux Etats-Unis et au Japon ,où elle sortira en décembre 2010.

Aux Etats-Unis, la Leaf coûtera 33.000 dollars hors primes, et environ 20.000 dollars une fois déduites les généreuses subventions américaines aux voitures électriques (7.000 dollars de l’Etat fédéral plus 5.000 dollars de plusieurs Etats américains, Californie en tête). Au Japon, le prix sera de 2,99 millions de yens primes comprises, soit 26.300 € (au cours actuel de l’euro…)

Lancement graduel en Europe, courant 2011 en France

La Leaf devrait sortir dès décembre prochain aux Pays-Bas et au Portugal puis en février au Royaume-Uni et en Irlande. Compte tenu des primes, les Britanniques paieront donc 23.350 livres (environ 27.500 €) les Irlandais et les Portugais 29.995 €, et les Hollandais 32.839 €.

Elle pourra être réservée à partir de juillet, comme c’est le cas au Japon et aux  Etats-Unis depuis avril, où déjà 13.000 réservations fermes ont été passées à ce jour, un très bon signe pour l’allié de Renault, presque trop puisque Nissan ne pourra produire que 12.000 voitures d’ici mars 2011.

Nissan explique que ce tarif est « à peu près similaire à ceux d’un véhicule diesel ou hybride présentant un équipement comparable » et explique avoir choisi les quatre pays de départ « en raison des aides publiques substantielles pour les voitures électriques et le développement en cours des infrastructures de recharge ».

Il est vrai que Londres propose 5.000 livres de prime et le Portugal et l’Irlande 5.000 €. Les Pays-Bas n’en donnent pas mais exonèrent les voitures électriques d’une coûteuse taxe d’immatriculation et offre un péage urbain gratuit.

Le lancement en France, qui offre elle aussi 5.000 € de prime aux acheteurs  de voitures propres (moins de 60 grammes de CO2/ km) et ce jusqu’en 2012, devrait survenir au cours du 2ème semestre 2011.

Et d’ici la fin 2011, la Leaf, une berline cinq portes d’une autonomie de 160 kilomètres par charge, sera disponible dans tous les grands pays d’Europe occidentale.

Nissan veut en sortir 200.000 unités par an lors du lancement mondial en 2012.

Elle sera assemblée d’abord au Japon puis aux Etats-Unis en 2012 et au Royaume-Uni en 2013, et ouvrira la voie à  de futures gammes Nissan et Renault de véhicules électriques. L’alliance Renault-Nissan a déjà investi 4 milliards d’euros dans ses 8 projets de voitures électriques en cous de développement, et compte continuer, pour devenir  numéro 1 mondial du créneau.

Un prix élevé, mais logique

La Leaf est plutôt chère, mais pas davantage que les autres voitures électriques qui ont bientôt être vendues en Europe : la mini-voiture Think produite en Finlande devrait se vendre au même prix, voire un peu plus cher, la Ion de Peugeot se louera moins de 500€ par mois, tandis que Renault n’a pas encore annoncé de tarifs pour sa Fluence.

Si la Leaf coûte cher, c’est largement à cause de sa batterie, comme toutes les voitures électriques : selon AES, la joint venture entre Nissan et NEC qui fabrique les batteries lithium-ion de la Nissan Leaf, elles coûtent à la production plus de 9.000 dollars pièce et leur prix ne va pas diminuer de si tôt.

Nouveauté oblige, la Leaf sera intelligente (elle repèrera les bornes diposnibles) et en partie commandable par iPhone : Nissan proposera de télécharger des applications iPhone et Android qui permettront d’afficher des informations concernant la batterie (autonomie, niveau de charge ou, si la voiture est branchée, temps de charge restant), contrôle de la température…