La géothermie gagne doucement du terrain

Print Friendly, PDF & Email

Moins spectaculaire que l’éolien ou le solaire, la géothermie progresse malgré tout dans le monde : elle atteint une puissance installée de 10 700 MW en 2010, générant plus de 67 200 GWh de production, selon un rapport de l’International Geothermal Association (IGA) et de la Geothermal Energy Association (GEA). Ce qui représente une augmentation de 20% par rapport à 2005 où la puissance installée s’élevait à quelque 8 900 MW dans 34 pays, avec une production annuelle de 55 700 GWh.

C’est aux Etats-Unis que la géothermie est la plus développée avec plus de 3 000 MW de capacités installées, devant les Philippines (1 900 MW), l’Indonésie (1 100 MW), le Mexique (950 MW) et l’Italie (840 MW).

Forte croissance en Allemagne

Signe de sa progression, 70 pays ont aujourd’hui un projet d’énergie géothermique en développement ou prêt à l’être, contre 46 en 2007. L’Europe et l’Afrique sont les deux régions où cette énergie renouvelable connaît l’essor le plus important. 24 pays européens ont aujourd’hui des projets en développement, contre 10 en 2007.

En puissance installée, les Etats-Unis et l’Indonésie ont le plus accru leurs capacités ces cinq dernières années, respectivement de 530 MW pour le premier et de 400 MW pour le second.

En pourcentage, c’est l’Allemagne qui bat tous les records avec un bond de 2 700% en cinq ans ! Plus de 150 projets sont en développement et le pays vise 280 MW de puissance installée en 2020. Pour l’instant, il se situe modestement au 21ème rang mondial avec 6,6 MW.

Des projets de géothermie profonde en France

La France se situe au 19ème rang mondial avec 16,6 MW de puissance installée, dont 15 MW à Bouillante, en Guadeloupe. En métropole, le site pilote de géothermie profonde de Soultz-sous-Forêts (photo), en Alsace, est entré en production en 2008.

Dans la même région, un autre site de géothermie profonde est prévu : porté par l’amidonnier Roquette, il a reçu le soutien de l’Ademe, du Fonds Chaleur et du Conseil régional. Le début de l’exploitation de ce projet de 44 millions d’euros est annoncé pour fin 2012.

La centrale doit délivrer une puissance de 24 MW, qui sera principalement exploitée par Roquette pour son site de Beinheim.

A Paris, des puits de production de chaleur sont également en cours de réalisation, dans le 19ème arrondissement. 12 000 logements devraient en profiter dans les prochains mois. En Ile-de-France, 150.000 logements sont déjà chauffés grâce à la géothermie.

Globalement, la France mise sur 200 MW en 2015.

Accéder à l’intégralité du Rapport IGA – GEA 2010.