Indicateur boursier Green Europe : – 8,4% du 13 au 20 mai

Print Friendly, PDF & Email

Toujours en ligne avec les indices de référence Eurostoxx50 (-7,6%) et CAC 40 (-8,18%), l’évolution de l’indicateur de 38 valeurs vertes de l’environnement GREEN EUROPE (-8,4% cette semaine, cotations arrêtées le 20 mai au soir) continue de traduire à la fois l’incertitude  macro-économique globale et les difficultés propres aux secteurs :  incertitudes réglementaires, baisse des tarifs, faibles rentabilités….

Historique
60 derniers jours

Par Sabine Burlot, analyste cleantech pour GreenUnivers

Les valeurs des cleantech fonr grise mine. Quelques exemples : CONERGY (-2,7%/+4,3%/ -11%)*, PHOENIX SOLAR (-22%/-38,8%/ -7,9%)*, Q-Cells (-66%/-59,8%/ -18,8%)*…

ROTH&RAU (+25,7%/-38,3%/ -10%) enregistre un résultat net consolidé négatif pour le premier trimestre -598k€ pour un chiffre d’affaires en ligne avec les prévisions 35 326 K€.  Les commandes sont par contre en hausse de 22,5% à 55 863 k€. Le fabricant  allemand appuie sur  l’amélioration de son niveau  de trésorerie d’exploitation, qui passe de -2941 K€  à 10 339 K€.

SMA SOLARTECH (+140 ,9%/-12,9%/ -8,7%) en dépit de la publication d’un résultat net qui s’établit à 66,6 M€ au premier trimestre contre 5,5M€ pour la même période l’année dernière. Les ventes ont atteint 339,7M€ (vs 86,7M€) et l’EBIT est de 92,4M€ contre 6M€.

Une exception que l’on ne manquera pas de signaler, l’anglais PV CRYSTALOX (-41,9%/-26,9%/ +7,6%) a fait part d’une croissance de son activité au premier trimestre. 160 MW de livraison sont déjà assurés pour le premier semestre de l’année, dépassant des prévisions maximum de155MW  et par rapport  à 139MW au second semestre 2009.

Fortes baisses dans l’éolien

Côté éolien,-1,25% cette semaine pour l’allemand NORDEX, – 9,79% pour le danois VESTAS et -6% pour le français AEROWATT.  L’espagnol GAMESA (-33,2%/-38%/ -9%*) voit son titre chuter après la publication de chiffres inférieurs aux attentes pour le premier trimestre : une diminution du bénéfice net de 75% (8M€ contre 32M€) pour un chiffre d’affaires en baisse de près de 43%.

La crise économique s’est traduite par une baisse mondiale de la consommation d’électricité, donc un moindre intérêt pour les énergies renouvelables et une baisse de la capacité à investir dans des projets de développement du secteur. Mais au-delà de ces données, des évidences demeurent, la croissance à venir de la consommation d’électricité et la nécessité de réduire la dépendance d’approvisionnement pour les occidentaux.

Un moyen terme rassurant

Plusieurs observatoires viennent de publier des rapports rassurants quant aux  perspectives du secteur à moyen terme :

Selon l’observatoire européen des énergies renouvelables EurObserv’ER, 2010 sera l’année de tous les records pour le photovoltaïque, avec un marché allemand qui monterait à 4,5 GWc cette année, voire même 5 GWc (après 3,8 GWc l’an passé), mais aussi des records d’installation ailleurs en Europe : 1150 MWc en République tchèque, 1 GWc en Italie, 500 MWc en France …

Selon EurObserv’ER, la capacité démontrée des fabricants à réduire leurs coûts de production tout en affichant des rendements de plus en plus élevés ouvre en outre des horizons nouveaux à la filière et un avenir beaucoup plus ensoleillé pour les générations futures.

Un optimiste pour le solaire partagé par l’IEA (International Energy Agency), selon qui le secteur pourrait être à l’origine de 20 à 25% de la production d’électricité à l’horizon 2050 ou encore le cabinet iSuppli qui souligne le dynamisme du solaire thermodynamique tablant sur une puissance installée de 10,8 GW d’ici 2014, contre seulement 290 MW l’an passé.

Prime aux généralistes

A court terme, nous gardons confiance dans les producteurs d’énergies renouvelables ayant choisi de se développer sur chacun des secteurs : solaire, éolien, biomasse… et sur toute la chaîne de valeur, c’est-à-dire du développement de projets à la construction des parcs, plus exploitation et maintenance. C’est le profil de EDF Energies Nouvelles (+8,4%/-20 ,6%, -9%*), qui de surcroit bénéficie de son adossement solide, atout non négligeable face au durcissement des conditions d’accès au crédit.

Répondant aux mêmes critères, VOLTALIA (+56,6%/-17,9%/ +6,8%*) qui développe des projets multi-sources : hydraulique, éolien, biomasse et solaire, en France métropolitaine, en Guyane, au Brésil et en Grèce, vient d’annoncer plusieurs développements stratégiques. L’entreprise a pris 80% du capital de Volta Investissement, qui développe actuellement 25 MW de parcs solaires en France métropolitaine. Elle a également signé un accord de co-développement portant sur 2 MW de toitures solaires en Guadeloupe. Cela porte le portefeuille de projets en cours de développement à 478 MW.

La société a également rappelé avoir été sélectionnée en Seine-et-Marne pour un projet de parc de 5 MW et pour une toiture solaire de 300 kW en Guadeloupe, sur un bâtiment portuaire. L’entreprise a prévu de faire croître sa filière solaire de 15 personnes actuellement à 20 personnes dans les prochains mois.

Ces nouveaux moyens humains permettront d’élargir la capacité de développement du groupe et de déployer l’activité solaire, au-delà des parcs au sol, afin d’exploiter le potentiel offert par les toitures industrielles (serres, plateformes logistiques, centres commerciaux ou parcs à ombrières) sur l’ensemble des secteurs géographiques.

En renforçant sa position dans le domaine solaire, VOLTALIA poursuit son plan de développement multi-énergies qui prévoit d’obtenir les autorisations pour plus de 700 MW d’ici à 2014.

Retour de cotation pour STRATEGECO SOLAR

A signaler enfin, la reprise de cotation en forte hausse de STRATEGECO SOLAR (+30% sur la période). Selon Pascal Benveniste, le PDG du groupe, certains actionnaires importants profiteraient du très bas cours actuel inférieur à la valeur d’actif net,  pour renforcer significativement leur participation dans le capital de la société, alimentant la hausse du cours. La reprise de cotation s’est déroulée suite à l’assemblée générale du vendredi 7 mai. En perte sur l’exercice 2009, STRATEGECO SOLAR anticipe un retour à la profitabilité dès mi-2010.

*(Var par rapport aux prix de revient avril 2009/ Var depuis début année/ var semaine)