En Allemagne, des ambitions pour les véhicules électriques mais pas de subventions massives

Print Friendly, PDF & Email

Après la France et l’Espagne, l’Allemagne à son tour lance son programme en faveur des véhicules électriques. Le gouvernement et les grands constructeurs ont mis en place une alliance baptisée « Plate-forme nationale pour la mobilité électrique », avec des groupes de travail sur les batteries, les infrastructures, les systèmes de transmission…

L’Allemagne vise un million de véhicules électriques sur les routes en 2020 : un objectif plutôt ambitieux alors que, globalement, un peu moins de 4 millions de voitures ont été vendus dans le pays en 2009.

Pas de nouvelles subventions

Pour y parvenir, le gouvernement prévoit une série d’initiatives, dont beaucoup restent à préciser dans les prochains mois. La seule annonce concrète nouvelle concerne un budget de 12 millions d’euros alloué à la recherche sur les batteries. Une grande partie de cette somme est destinée à un projet mené par Volkswagen sur les batteries lithium-ion, en collaboration avec Varta Microbattery.

En-dehors de ce projet, le gouvernement n’a pas annoncé de nouvelles subventions… au grand dam des constructeurs. Pour l’instant, l’Etat soutient près de 190 projets de R&D dans le domaine de la mobilité électrique et des infrastructures, pour un montant total estimé à 190 millions d’euros.

Les constructeurs allemands estiment qu’il faudra beaucoup plus d’efforts et surtout de fonds pour que le pays réussisse le virage de l’électrique. Ils plaident pour la création d’une prime à l’achat pour les consommateurs, à l’image de ce qui est prévu en France, et aussi pour le déploiement d’un vaste réseau de stations de charge.

Les constructeurs allemands en seconde ligne

Les industriels allemands ne sont pas les plus en avance en matière de véhicules électriques : alors que Nissan, par exemple, prévoit le lancement de ses premiers modèles fin 2010, Volkswagen, Daimler ou encore BMW misent sur une commercialisation de masse plutôt vers 2013.

Selon une étude du cabinet PricewaterhouseCoopers, 80% des conducteurs allemands estiment que la mobilité électrique est la tendance d’avenir dans l’automobile. Mais une proportion équivalente n’a aucun projet d’achat d’un véhicule électrique dans un avenir prévisible.

Espagne et France plus en pointe

En Europe, l’Espagne a présenté récemment un plan d’aide de 590 millions sur deux ans avec des primes pour l’achat des voitures électriques pouvant atteindre 6 000 euros.

La France, de son côté, a prévu une prime à l’achat de 5 000 euros jusqu’en 2012 et toute une série de mesures (appels d’offres groupé pour 50 000 véhicules, déploiement d’infrastructures de recharge dans 12 agglomérations pilotes… ). Il est vrai qu’elle est encore plus ambitieuse que l’Allemagne : en octobre 2009, Jean-Louis Borloo, ministre de l’Environnement, avait évoqué un objectif de 2 millions de véhicules électriques en 2020…