Le marché solaire français en forte progression en 2010

Print Friendly, PDF & Email

Avec l’Allemagne et l’Italie, la France sera l’un des marchés photovoltaïques les plus dynamiques d’Europe en 2010. Elle devrait installer entre 500 et 700 MW de panneaux, selon les prévisions de l’Association européenne des industriels du photovoltaïque (Epia : European photovoltaic industry association), qui a revu ses perspectives à la hausse puisqu’elle anticipait initialement entre 340 et 500 MW pour cette année.

En 2009, la France a installé 285 MW, mais 100 MW n’ont pas été raccordés au réseau du fait de la complexité des procédures administratives et de l’engorgement des dossiers. L’amélioration du traitement des demandes devrait favoriser le développement du marché cette année, selon l’Epia, qui souligne une nouvelle fois l’importance du solaire intégré au bâti, une spécificité française. En cumulé, le parc solaire photovoltaïque est de 269 MW raccordés au réseau fin 2009, selon le Syndicat des énergies renouvelables.

L’Allemagne toujours numéro un mondial

Mais malgré ces progrès, la France reste encore très loin de l’Allemagne, numéro un mondial  avec près de 10 GW de puissance installée en cumulé, dont 3,8 GW installés en 2009 (contre 2 GW en 2008). La baisse annoncée des tarifs d’achat devrait cependant ralentir le marché allemand dans les prochains mois.

Au sein de l’Union européenne, l’Italie apparaît comme le marché le plus prometteur à moyen terme. Elle a installé 730 MW en 2009 et bénéficie à la fois de conditions d’ensoleillement très favorables et de mesures incitatives fortes, même si là encore le gouvernement envisage de revoir les aides à la baisse. L’Epia mise sur 900 à 1200 GW de nouvelles installations cette année.

La République tchèque est également en plein boom avec 411 MW installés en 2009 et entre 900 et 1000 MW attendus cette année. Mais l’Epia s’inquiète de cette croissance effrénée et craint un effondrement du marché fin 2010/début 2011, sur le modèle espagnol.

La Belgique a également fortement progressé en 2009 avec 292 MW installés, mais le rythme devrait ralentir en raison d’une révision à la baisse des aides.

La Grèce, le Portugal et, à un moindre niveau, le Royaume-Uni offrent aussi des potentiels de développement intéressants.

L’Europe en tête, mais attention à la Chine !

L’Europe reste globalement leader mondial avec près de 16 GW de capacités installées en 2009, ce qui représente 70% de la puissance mondiale cumulée à la fin 2009 (23 GW au total). Le Japon (2,6 GW) et les Etats-Unis (1,6 GW) arrivent ensuite. La Chine est entrée dans le Top 10 en 2009 et l’Epia estime qu’elle va devenir un acteur majeur dans les prochaines années.

En 2010, l’Epia table sur un accroissement des capacités mondiales compris entre 8,2 et 12,7 GW en 2010, en fonction du scénario – modéré ou volontariste.

Télécharger ici l’intégralité du Rapport de l’Epia.