Better Place met enfin un pied en Chine (Premium)

Print Friendly, PDF & Email

Enfin en Chine, et par la grande porte ! L’ambitieux groupe Better Place (stations d’échange de batteries pour voitures électriques) a réalisé l’objectif qu’il visait depuis deux ans, en signant un accord avec le plus grand constructeur automobile indépendant chinois, ...

Chery Automobile, pour qu’il développe des voitures électriques munies de batteries échangeables, qui une fois vides pourront être échangées contre des batteries pleines dans les stations de Better Place.

Better Place prend ainsi pied sur le plus grand marché automobile au monde, et dont le parc électrique, selon HSBC, dépassera celui du Japon en 2016 et celui des Etats-Unis en 2019.

Et comme pour fêter l’événement, le premier taxi électrique muni de sa technologie roule cette semaine à Tokyo.

Chery Automobile, qui a sorti 500.000 véhicules l’an dernier, principalement des berlines, montre déjà la technologie de Better Place sur son stand du Salon automobile de Pékin (voir photo ci-dessus). Chery est aussi le premier exportateur auto chinois.

L’accord prévoit que Better Place et Chery collaboreront sur des projets de véhicules électriques avec batteries échangeables, afin de les intégrer dans les projets pilotes du gouvernement. C’est la technique qu’a déjà utilisée Better Place avec Renault au Danemark et Israël, où il doit installer ses stations à partir de 2011. Better Place a conclu des projets similaires dans plusieurs autres pays dont l’Irlande et l’Australie.

Il mène également un projet de démonstration à Tokyo avec Nihon Kotsu, la plus grande compagnie de taxis de Tokyo, qui fera rouler trois taxis équipés de batteries fournies par A 123 Systems. Car il lui faut encore convaincre sur la validité de son système: des stations où le conducteur pourra en 5 minutes échanger sa batterie déchargée contre une batterie chargée, plus rapidement  que l’attente d’une recharge sur une borne électrique).

2010 s’annonce donc faste pour Better Place qui a le temps de voir venir puisqu’il a levé 350 millions de dollars en début d’année , une levée de fonds auprès d’un groupe d’investisseurs menés par HSBC, qui a valorisé le groupe à 1,25 milliard de dollars.