Soitec et Concentrix Solar en route vers le photovoltaïque à concentration à haut rendement

Print Friendly, PDF & Email

Spécialiste de la fabrication de plaques de silicium sur isolant pour l’industrie microélectronique, la société iséroise vient d’entrer sur le marché du photovoltaïque à concentration avec l’ambition de créer une cellule à haut rendement.

La société implantée à Bernin (Isère) est un essaimage du CEA-Leti en 1992. Elle est reconnue mondialement pour son matériau de silicium sur isolant, SOI, devenu un standard dans l’industrie des semi-conducteurs pour réduire la consommation énergétique des puces électroniques.

Son procédé Smart Cut consiste à transférer de fines couches isolantes entre la couche de silicium sur laquel sera gravé le circuit, et le substrat servant de support actif.

Les rayons du soleil sont concentrés 500 fois sur des petites cellules

Soitec compte utiliser cette maîtrise technique pour concevoir une cellule solaire à concentration, avec dans le viseur un rendement en laboratoire de l’ordre de 50%.

Le français a mis un pied sur ce marché en décembre dernier avec l’acquisition de 80% de la société allemande Concentrix Solar, un essaimage de l’Institut allemand Fraunhofer et spécialiste des systèmes photovoltaïques à concentration.

Cette technologie solaire est destinée à être déployée dans les régions à fort ensoleillement. Au lieu de capter l’énergie du soleil directement par une large surface de cellules, l’idée est de concentrer jusqu’à 500 fois les rayons du soleil sur de petites surfaces de cellules présentant un haut rendement, et cela grâce à des lentilles de Fresnel.

Des cellules initialement utilisées dans l’espace

Concentrix Solar offre ainsi un rendement système de 25% sur ses panneaux, comparé à une moyenne de 15-16% avec du silicium classique. Et une production supérieure de 30 à 40%. Cette prouesse est due à l’utilisation de cellules photovoltaïques III-V, des cellules multi-couches. Initialement utilisée dans le domaine spatial, ces cellules présentent des rendements énergétiques inégalés, mais leur coût est très élevé. Leur utilisation est donc très adaptée aux systèmes à concentration, nécessitant des petites surfaces de cellules.

Soitec veut concevoir une cellule photovoltaïque III-V capable d’absorber l’intégralité du spectre solaire, générant ainsi un maximum d’électricité. L’institut Fraunhofer, avec qui Soitec a également noué un partenariat, a obtenu en laboratoire l’année dernière un rendement de plus de 41% sur ce type de cellules, un record européen et un atout stratégique pour le français.

Avec Concentrix Solar, Soitec vient de remporter un contrat pour une centrale de 1 MW aux Etats-Unis, pour le pétrolier Chevron. A terme la société vise des installations de 100 MW, un marché naissant déjà occupé par les américains SolFocus et Amonix par exemple.

Alexandre Simonnet