Deals du 22 au 29 mars 2010 : la Bourse, décidément (Premium)

Print Friendly, PDF & Email

Deux mots d’ordre cette semaine en France comme à l’international: cap sur la Bourse et levées de fonds.

En France, c’est encore une semaine riche pour les cleantech avec trois levées de fonds (Bionersis, IEL, Barraquand) et l’annonce de l’introduction en Bourse de Deinove, une jeune entreprise spécialisée dans les biocarburants.

Dans le solaire, deux nouveaux arrêtés sur les tarifs d’achat sont venus compléter le dispositif mais de nombreux développeurs restent inquiets et doivent trouver une nouvelle rentabilité pour financer leurs projets. Les chantiers restent cependant  nombreux, surtout pour les centrales au sol : Sechilienne-Sidec va mettre en service sa première centrale en Métropole, alors que La Compagnie du Vent annonce cinq centrales en projet.

Le cabinet d’ingénierie Solar Euromed a, de son côté, signé un contrat pour un méga contrat au Soudan, visant l’installation de 2 GW de capacités installées dans le solaire thermodynamique sur dix ans.

A l’international, le pharaonique projet Desertec, qui vise à implanter un  chapelet de centrales thermiques dans le Sahara, a décidément le vent en poupe : après le ralliement de l’américain First Solar la semaine dernière, quatre nouveaux groupes le rejoignent, dont le français Saint-Gobain et le marocain Nareva.

Les investissements dans les énergies renouvelables vont en tout cas continuer à bon rythme, selon New Energy Finance : ils pourraient passer de 67 milliards d’euros en 2009 à 111 milliards en 2020. La Chine, devenue le premier investisseur du secteur devant les Etats-Unis en 2009, continuera à en être l’une des locomotives.

Dans le solaire, les aides vont s’amenuiser en Italie et en République tchèque. Donc la Bourse séduit d’autant plus : l’talien Enel confirme vouloir coter ses actifs “verts”, où il pourrait lever plus de 4 milliards d’euros et l’ambitieux britannique Engyco veut lever 1 milliard d’euros en se cotant à Londres.

Plusieurs levées de fonds privées dans le solaire, ou plus exactement dans les équipements : Voltaix, dopeur du rendement des cellules solaires, lève des fonds, tout comme le  bébé d’Intel, SpectraWatt, et un producteur d’onduleurs solaires américain se fait racheter au prix fort.

Moins chanceux, l’allemand Q-Cells cherche le salut en fabricant aussi des panneaux mais en délocalisant en Malaisie.

Dans l’éolien, GE mise gros sur l’éolien offshore avec une usine en Grande-Bretagne, et le suédois Arise Windpower lève 56 millions d’euros à Stockholm tandis que le fonds italien Ambienta refinance le groupe italien d’énergies renouvelables ICQ, qui pense se coter. En revanche le développeur suédois O2 Vind renonce à sa cotation.

Côté transports, la Californie promet une aide supplémentaire aux acheteurs de voitures électriques et Mitsubishi fixe le prix de son i-MiEV en GB.

Voici le détail des deals de la semaine :

France ...

Article précédentLes Californiens toucheront 12.500 dollars pour acheter une voiture électrique (Premium)
Article suivantEolien : le risque juridique

5 COMMENTS

  1. Depuis quand écologie n’est pas compatible avec gros sous? L’écologie il faut la voir dans la volonté de développer ces industries avec les tarifs de rachat.
    Depuis quand c’est autre chose que l’économie qui gouverne de telles décisions? S’il n’y a pas d’argent à faire personne n’investira, c’est peut-être triste, mais il faut être pragmatique.C’est bien beau de rêver mais c’est pas seulement ça qui nous sauvera…

  2. Marisan,

    Préfères tu que la bourse finance les projets de défense ou des projets pétroliers, voire ne fasse que la spéculation sur des produits dangereux virtuels type subprime ?
    Le seul moyen de developper des technologies propres et de les rendres « compatible » avec notre monde capitaliste. Sinon, l’écologie resterait « appliquée » que par de rares individus…

  3. Marisan,
    quand gros sous rime avec énergies propres qui peut être contre puisque cela permet de développer des technologies vertueuses. Il faut bien que quelqu’un finance ces investissements. Qu’est-ce qui empêchait tous ceux qui sont convaincus que s’orienter vers les énergies renouvelables EST la bonne solution de se constituer en gigantesques coopératives de financement de tels projets? Peut-être justement qu’ils n’avaient pas les sous pour.
    Mais peut-être pas. dans ce cas, qu’attend-on? Vous ne voudreriez quand meême pas que ce soit l’Etat qui finance tout cela?

  4. Incroyable ! Quand on lit tout ça, on voit bien que ce n’est qu’une histoire de gros sous. Point barre.
    Machin-truc qui signe un méga contrat au Soudan pour le solaire.
    Truc Bidule investit dans l‘éolien et pense à être coté en bourse.
    Et à côté de ça : Bidule Chose qui a un projet pharaonique de centrales thermiques dans le désert !

    Ecologie ? Que nenni !
    Gros sous, c’est tout !

  5. Deinove interviendra lors du Cleantuesday Micro Algues – Biofuel, avec les start ups americaines Planktonix et Algaesystems, la start up francaise BBTEK et plusieurs autres start ups et grands groupes

    Mardi 6 avril – 18H30 – 22H

    La Cantine Numerique, Passage des Panoramas, 151 rue Montmartre, 75002 Paris

    For the first time in France a Cleantech event Micro Algae – Biofuel With several French and American start ups and a world leader

    http://cleantuesdayparis.fr/event/cleantuesday-micro-algues-bio-fuel

Comments are closed.