La révolution du smartgrid ? Oui, mais pas pour tout de suite (Etude)

Print Friendly, PDF & Email

La révolution liée à la gestion intelligente des réseaux d’énergie est annoncée, mais elle est encore loin d’être une réalité. Seulement 8% des opérateurs de réseaux sont passés aux technologies smartgrid dans le monde, selon une enquête publiée par Microsoft. Cette révolution bouleverse les acteurs du service public, souligne l’étude, alors que les défis à surmonter sont encore nombreux pour le secteur.

Plus de 50% des opérateurs dans le monde en retard sur le smartgrid

Comme toute révolution, celle en cours dans les réseaux électriques, de gaz et d’eau, perturbe de manière radicale l’ordre établi. Seulement 37% des services publics travaillent sur des projets smartgrid, souligne Microsoft dans son étude réalisée auprès de 200 professionnels et opérateurs de réseaux dans le monde.

Plus d’un opérateur sur deux n’a pas commencé à se pencher sur les technologies de réseaux intelligents. A l’inverse, avec le mariage entre les technologies de communication et les réseaux d’énergie, le marché du smartgrid a vu l’arrivée de nouveaux acteurs, notamment du monde informatique : Microsoft, Cisco, IBM, ou encore Google.

Un défi financier

Alors que Microsoft veut créer le « Windows » du smartgrid, la révolution des réseaux énergétiques semble annoncée plus vite que sa réalisation effective. 63% des professionnels du continent américain estiment d’ailleurs que les technologies de l’information disponibles aujourd’hui ne sont pas suffisantes pour relever les défis futurs. Ils sont entre 42 à 45% dans le reste du monde.

Au delà du challenge technologique, le défi financier en termes d’investissement et de rentabilité des projets est l’un des premiers obstacles dans la construction des réseaux smartgrid. Les enjeux réglementaires seront aussi un facteur décisif.

Les solutions de gestion de la distribution et le déploiement de compteurs communicants sont les premiers facteurs identifiées pour le succès du smartgrid. Ensuite arrivent la bonne intégration des énergies renouvelables dans le réseau et le développement de services de gestion énergétique pour le consommateur.

Les grandes manoeuvres ont commencé

De nombreuses autres études prédisent une croissance importante des secteurs liés au smartgrid en aval. Ainsi, le marché des compteurs communicants devrait quadrupler d’ici 2015, selon le cabinet américain PikeResearch. Et le marché de l’électroménager intelligent pourrait quintupler d’ici à 2015 pour les experts du cabinet Zpryme.

En amont, les grandes manoeuvres ont commencé et les industriels se positionnement. Dernier exemple en date : Elia, propréitaire du réseau électrique belge, vient de racheter l’opérateur allemand de transmissions 50Hertz, détenu par le suédois Vattenfall. L’objectif affiché est de répondre aux enjeux d’un réseau trans-européen performant et d’intégrer les parcs éoliens offshore en construction en Europe.