Pression verte sur les fournisseurs

Print Friendly, PDF & Email

ShopLes fournisseurs n’ont qu’à bien se tenir : plus de la moitié des grands groupes (56%) sont prêts à ne plus travailler avec eux s’ils ne font pas des efforts pour réduire leur empreinte carbone, selon une étude publiée par l’organisation britannique Carbon Disclosure Project (CDP). Celle-ci a interrogé 44 entreprises internationales, dont IBM, Unilever, Dell et les françaises Carrefour, L’oréal et Vivendi, sur leurs pratiques en matière de supply chain.

Comme les démarches qualité il y a quelques années, les bonnes pratiques environnementales sont en train de se diffuser sur l’ensemble de la chaîne de valeur. Les grands groupes font pression sur leurs fournisseurs pour les engager à réduire leurs émissions de CO2 et les plus en pointe envisagent même d’inclure cette dimension dans les contrats.

Pour l’instant, suivre les émissions de carbone sur tout le cycle d’un produit reste délicat : malgré les expérimentations d’étiquettes CO2 mises en place par certains distributeurs comme Casino ou Leclerc en France, seuls 20% des groupes s’estiment capables de restituer une information fiable sur l’impact carbone de leur supply chain…

De leur côté, sur les 700 fournisseurs ayant répondu à l’enquête, 56% ont élaboré un plan pour lutter contre leurs émissions et 38% ont fixé des objectifs de réduction.

Mais se donnent-ils toujours les moyens d’atteindre leur but ? Pas sûr : moins d’un fournisseur sur trois a mis en place des incitations pour motiver son personnel sur ces objectifs.

Téléchargez le Rapport CDP (PDF)