Masdar City, 4 ans de retard ?

Print Friendly, PDF & Email

Pièce maîtresse des projets environnementaux d’Abou Dhabi, le projet de ville 100% propre de Masdar City, un rêve de 22 milliards de dollars,  ne sera pas terminé avant, au mieux 2020, quatre ans plus tard que prévu, en raison de problèmes techniques inattendus, selon la presse locale.

Masdar City, qui doit être une ville 100% neutre en carbone, recyclant ses déchetes et produisant sa propre énergie renouvelable, devait initialement être prête en 201. Elle est la propriété de Mubadala, le fonds d’investissement souverain du  gouvernement d’Abou Dhabi.

Sa première phase doit être l’installation de son siège et de celui de la toute nouvelle Agence internationale des Energies renouvelables (IRENA), ainsi que le Masdar Institute of Science and Technology (MAST) qui seront entourés de logements, de bureaux et de commerces.

Les six phases suivantes concerneront la production d’énergies propres et le déploiement des techniques propres dernier cri, mais de nombreux problèmes techniques se sont déjà posés, comme pour l’installation de centrales solaires thermiques à grande échelle, handicapése par les sables et poussières en suspension caractéristiques de la région

Masdar, en tant que société, est l’un des principaux investisseurs du gigantesque projet de parc éolien au large de Londres, el London Array. Ses fonds ont sauvé ce projet. Masdar a aussi lancé une société de production de cellules solaires à couches minces.