Indicateur boursier Green Europe : – 10,98% du 22 au 28 janvier 2010

Print Friendly, PDF & Email

Rien ne va plus pour les énergies renouvelables: – 10,98% pour GREEN EUROPE, plombé par un secteur solaire déprimé par la baisse annoncée des subventions allemandes. Il est vrai que le CAC 40 a lui-même perdu 4,5% sur la même période.

indicateur-greeneurope-60j-28-01-2010indicateur-greeneurope-historique-28-01-2010

Plutôt que d’énumérer les valeurs qui ont baissé, il sera plus rapide de citer celles qui ont résisté. La liste est courte : EO2 (+5,7%), AEROWATT (0), VERGNET (+2,8%) et l’anglais SEVERN TRENT(+3,4%)

A noter que VERGNET vient d’annoncer un important contrat en Algérie. Le groupe d’énergies renouvelables a précisé être adjudicataire d’un contrat de 24 millions d’euros pour l’installation de la première ferme éolienne en Algérie. Il dispose d’un délai d’exécution de 23 mois, qui lui laissera notamment le temps nécessaire pour lancer et exécuter en 2010 une partie du contrat éthiopien.
Signalons que Gilbert Dupont est  passe de ‘alléger’ à ‘accumuler’ sur le titre.

Le solaire déprime avec les annonces allemandes (PHOENIX -18%, Q-CELLS -19%, SOLAR MILLENNIUM -25%, SOLARWORD -21%). Après la France, c’est au  tour de l’Allemagne de dévoiler ses propositions pour une baisse des tarifs d’achat de l’électricité photovoltaïque. Une baisse supplémentaire de 15% devrait entrer en vigueur au 1er avril pour les centrales PV en toiture et au 1er juillet 2010 pour les centrales PV au sol ; elle s’accompagnerait d’une diminution supplémentaire de 10% pour les centrales installées sur des terres agricoles….

Evidemment cette annonce n’était pas de nature à enthousiasmer les investisseurs !

Faut-il pour autant délaisser les valeurs du solaire ?

Ces mesures ont un fondement qui va plutôt dans le sens de l’évolution de cette industrie dont on attend beaucoup, mais qui après un démarrage en flèche se devait et doit encore faire les ajustements nécessaires.

Plusieurs arguments sous-tendent les propositions du gouvernement allemand. Nous retiendrons surtout la volonté d’éviter des subventions excessives après la diminution des prix des panneaux et systèmes PV de 30% à 50% en moyenne en 2009 et alors que la puissance totale installée pendant la même période a atteint un niveau nettement supérieur aux premiers scénarios du ministère allemand de l’Environnement. Il faut trouver un nouvel équilibre. C’est d’ailleurs la même raison pour laquelle la France vient aussi de limiter ses aides au solaire.

Autre argument, l’énergie solaire reste, de toutes les énergies renouvelables, celle qui présente le plus fort potentiel aussi bien en terme de nombre d’installations que de réduction des coûts. Le dispositif des tarifs d’achat doit permettre tout à la fois de garantir une forte croissance des sources d’énergies renouvelables et d’inciter à la baisse des coûts de production. En résumé, l’adaptation des tarifs d’achat devrait servir la dynamisation du secteur dans la durée.

L’éolien, une consolation

Les chiffres de mises en services de parcs éoliens publiés récemment par l’American Wind Energy Association (AWEA) sont bons avec une progression de 39% en 2009. De quoi remettre du baume au cœur de certains acteurs comme VESTAS dont les turbines équipent 14% des parcs installés en 2009.  Le titre est cependant malmené cette semaine (-16%) Aujourd’hui, le marché américain reste plus favorable à aborder pour les développeurs bien établis outre-Atlantique comme IBERDROLA RENOVABLES (-5% en ligne avec le CAC 40).

Dans un contexte de baisse programmée des prix de rachat de l’électricité solaire intégrée aux toitures, STRATEGECO SOLAR ENEOVIA se rassure avec le succès de son premier immeuble bioclimatique à Vichy, et a indiqué  vouloir développer d’autres projets de ce type courant 2010 afin « d’asseoir durablement son développement futur sur des bases solides et diversifies ».

Une stratégie initiée dès la création du groupe qui a pour objectif de permettre de mieux affronter la baisse importante des prix précédemment évoquée. Pascal Benveniste, le PDG a profité de l’inauguration de l’immeuble pour révéler un chiffre d’affaires 2009 qui devrait dépasser les 5M€ (contre 2,9M€ en 2008) dont 40% réalisé en Chine (2M€). Le groupe jouit d’une structure financière saine, 7M€ de fonds propres et un endettement nul. Il a perdu 10% cette semaine.

SAFT Groupe (-8%) a rassuré les investisseurs après l’annonce d’un chiffre d’affaires en baisse de 6,0% à taux de change constants au quatrième trimestre. Le spécialiste des batteries de haute technologie pour l’industrie et la défense dit avoir constaté une amélioration de ses ventes en rythme séquentiel. CM-CIC conseille de conserver la valeur. Cheuvreux est plus optimiste encore avec un objectif de cours à 41€ (surperformance).