Indicateur boursier GREEN EUROPE : + 41,66% en 2009, mieux que le Cac 40

Print Friendly, PDF & Email

Avant de tirer un trait définitif sur 2009, regardons les principaux mouvements de l’indicateur GREEN EUROPE qui reflète l’évolution des valeurs des « technologies vertes » en incluant des acteurs de tous les secteurs des différents pays européens.

Crée début avril 2009, GREEN EUROPE * a enregistré une progression de 41,66%, par rapport à +35,5% pour le CAC 40.

indicateur-boursier-60j-07-01-2010

indicateur-boursier-historique-07-01-2010

Par Sabine Burlot, analyste pour GreenUnivers

Trois solaires allemandes sur le podium

Les sociétés qui ont affiché les plus belles performances sont trois solaires allemandes  SOLAR MILLENIUM +201,68% et SMA SOLARTECH +169,37% et ROTH&RAU +96,59%. Toujours dans le solaire, l’installateur français FACILASOL a réalisé + 155% au cours de la même période. Il est talonné par deux compatriotes EO2 (fabricant de palets à partir du bois) +115% et le spécialiste des batteries SAFT +66%.

A noter également les performances de l’espagnol ABENGOA avec +100,26% et de deux français : le producteur d’énergie VOLTALIA +91% et le fabricant d’éoliennes VERGNET +81%.

A contrario les trois français JSA Technologie, SEBDO et STRATEGECO SOLAR font grise mine affichant respectivement -77%, -24% et -19%.

Par pays, les valeurs « greentech » espagnoles de l’indicateur terminent avec une hausse de 78% attribuable au poids de ABENGOA par rapport à IBERDROLA et GAMESA dons les performances sont assez décevantes (+6% pour chacune). Les valeurs allemandes de l’indicateur ont en moyenne progressé de 53% et les françaises de 38%.

Et maintenant…

Copenhague a déçu mais la dynamique des énergies renouvelables est partie et ne sera pas ralentie parce que des accords n’ont pas été trouvés. Il suffit de regarder la multiplication des annonces de soutien à l’investissement et les subventions prévues par les plans de relance « verts » aux Etats-Unis, en Asie (Chine, Japon, Corée, Inde..) et en Europe. Du côté privé, les grandes entreprises accélèrent leurs dépenses, surtout dans l’éolien.

2010 débute avec un horizon macroéconomique plus dégagé : statistiques encourageantes, publications de résultats des entreprises qui ont rassuré en fin d’année 2009. A court terme, la tendance reste à la prudence : comment l’économie réagira-t-elle à la cessation progressive des mesures de relance gouvernementale ? Et nous avons les yeux rivés sur la reprise de la consommation outre atlantique, où les ménages restent pour l’instant plus enclins à épargner.

Quid des énergies renouvelables dans tout cela ? On ne peut pas ne pas tenir compte de la tendance générale. D’autant que l’on aura constaté que le parcours de GREEN EUROPE au cours des 9 derniers mois de 2009 aura été légèrement supérieur à celui du CAC 40. Malgré Copenhague, on ne peut oublier que face aux enjeux énergétiques et climatiques de la planète, ces énergies « vertes » ont un rôle à jouer pour réduire la dépendance des pays importateurs et les émissions de CO2.

La prudence reste de mise

Par conséquent, à court terme il nous apparait prudent de rester diversifié avec une sélection de valeurs « défensives » qui bien souvent sont les valeurs de l’environnement et parallèlement choisir des valeurs de croissance en tenant compte des degré de maturité atteints par chacun des secteurs.

Dans la première catégorie nous retiendrons EDP RENOVAVEIS au Portugal, ABENGOA en Espagne et pour la France SUEZ-Env et VEOLIA Env. Concernant cette dernière, on peut imaginer qu’une page difficile s’est tournée. En 2009, elle aura été pénalisée par le poids de son endettement et les incertitudes temporaires liées au changement de direction. A présent, on peut dire que l’entreprise a prouvé sa capacité de résistance dans la crise avec des résultats correspondants aux attentes pour les derniers trimestres. Cela aura été également l’année de la réduction de la dette avec un programme de ventes d’actifs pour 1Md€, dont une grande partie est réalisée.

Le solaire devrait retrouver des couleurs

Concernant les valeurs de croissance, bien qu’en passe de devenir une énergie compétitive voir rentable, le solaire a quelques années de retard sur les autres technologies. Le secteur doit également finir de régler ses difficultés, notamment celles de surcapacités. Rappelons qu’elles sont à l’origine de résultats très décevants et la mise en place de mesures de restructurations chez certains acteurs. Le premier nom auquel on pense est évidemment Q-CELLS. Néanmoins, quand auront été surmontés ces problèmes et assumé une phase de consolidation inévitable, le secteur devrait connaitre une croissance considérable, soutenue par les avancées technologiques dont on comprend qu’elles ont un beau potentiel.

En Europe, c’est l’Allemagne qui caracole en tête avec une belle longueur d’avance. L’intégrateur PHOENIX SOLAR et le fabricant de panneaux photovoltaïques SOLARWORLD retiendront toute notre attention.

Parier sur Vestas et Iberdrola dans l’éolien

Pour le secteur éolien qui, en termes de maturité, a une belle avance sur le solaire, nous tiendrons compte du positionnement concurrentiel, de la solidité du bilan et de l’avancée technologique pour les fabricants. Les valeurs qui se rapprochent de ces critères sont le danois VESTAS et l’espagnol IBERDROLA.

Un petit clin d’oeil à un secteur très prometteur, celui du stockage de l’énergie produite, donc des batteries électriques. Valeur à retenir : SAFT qui développe de grands projets américains.

Présente sur tous les secteurs, nous ne pouvons pas oublier EDF Energies Nouvelles. Après une belle croissance, la valeur semble à son prix. Nous la conserverons ou profiterons de tout repli pour acheter.

* : Pour connaître la méthodologie de l’indicateur, cliquer ici.