32 unités biomasse sélectionnées dans le cadre de «Biomasse 3»

Print Friendly, PDF & Email

Edit : Au total, Dalkia se voit attribuer 7 projets, et non 6 comme indiqués. En effet, la Société de Distribution de Chaleur de Limoges (SDCL), responsable d’un projet de 7,5 MW à Limoges, est liée au groupe Dalkia.

Les résultats de l’appel d’offres « Biomasse 3 » lancé il y a un an, dans le cadre du Grenelle de l’environnement, viennent d’être révélés. Au total, 266 MW ont été retenus sur 32 projets. Les objectifs fixés par le Grenelle visent 2.300 MW en 2020 alors que la France dispose actuellement de 700 MW installés. Un nouvel appel d’offres sera lancé dans les prochaines semaines, avec un objectif de 800 MW supplémentaires, principalement sur la cogénération.

Dalkia rafle 6 projets

Le plus gros projet sélectionné est une centrale biomasse de 50 MW en Haute-Normandie par la société Biomasse Energie d’Alizay. Une unité de cogénération de 23 MW par Bioere en Aquitaine est également retenue. Le groupe Dalkia s’adjuge 6 projets modestes, d’une puissance cumulée de près de 50 MW.

A elles trois, ces sociétés se partagent une petite moitié de la puissance totale annoncée. Les autres projets ont une puissance comprise entre trois et une dizaine de mégawatts. L’ensemble des 32 projets représente un investissement de 750 millions d’euros et l’Etat apportera un soutien annuel de 150 millions d’euros pendant 20 ans.

Parmi les autres candidats retenus, EO2 et Biomelec remportent chacun deux projets.

Des régions prioritaires

Les constructions devront être achevées en 2012 et les projets pourront bénéficier d’un tarif préférentiel d’achat de l’électricité, de 145 €/MWh en moyenne.

164 MW, soit 60% de la puissance totale,  sont situés dans des régions considérées comme prioritaires par le gouvernement : la zone Nord-Est, pour redynamiser les bassins d’emplois sinistrés face aux restructurations de la Défense, les massifs de montagne, et la Bretagne compte tenu de son déficit de production électrique.

Les unités seront alimentées par des combustibles issus de l’industrie du bois, toutes biomasses issues de forêt ou encore les déchets industriels et les produits obtenus après broyage issus des centres de tri.

Mi-2009, le ministère faisait état de 106 dossiers déposés cumulant une puissance de 936 MW, soit quatre fois plus que l’objectif initial escompté. Déjà en 2008, l’appel à projets « Biomasse 2 » avait rencontré un grand succès. 56 dossiers avaient été déposés pour une puissance de 700 MW, alors que seulement 300 MW avait été sélectionnés.

La carte des projets retenus :

Biomasse 3