Vers une toile électrique en Mer du Nord pour relier les éoliennes

Print Friendly, PDF & Email

supergrid 1Cette fois le projet d’un super-réseau électrique européen reliant tous les parcs de mer du Nord semble enfin sur les rails. Une annonce-phare en plein Sommet de Copenhague sur le climat :  les ministres de l’Energie de neuf pays européens ont signé, lundi à Bruxelles, un accord pour construire un vaste réseau de lignes haute tension en mer du Nord et en mer d’Irlande, qui reliera les parcs éoliens offshore dont la construction se multiplie dans cette zone (Voir Repère: les plus grands parcs éoliens offshore en Europe).

Le projet est colossal: 30 milliards d’euros seront nécessaires sur 10 ans. Les pays signataires sont  la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la France, les Pays-Bas, la Suède, le Danemark, la Belgique, l’Irlande et le Luxembourg. Il reliera les quelque 100 GW de parcs éoliens offshore actuellement en développement en Europe, l’équivalent de 10% de la demande de la région.

La décision tombe à pic pour donner corps à la toute récente prédiction de l’Association européenne de l’éolien, qui dans son rapport Pure Power, affirme que l’électricité éolienne peut représenter 17% de l’énergie européenne en 2020, et éviter 333 millions de tonnes de CO2, et en 2030 fournir 38% de l’énergie du continent, en évitant 600 millions de tonnes de CO2.

C’est un pas vers les « supergrids », ces projets d’autoroutes des électrons qui pourraient à terme connecter les milliers d’éoliennes des mers du nord de l’Europe au continent. Voire à plus long terme relier les futures centrales solaires d’Afrique du nord du projet Desertec, qui se relaieraient pour approvisionner toute la région en électricité propre.

La Commission européenne avait déjà dessiné les contours de ces supergrids dans sa « Strategic Energy Review » parue le 13 novembre, qui sera la base de travail de la nouvelle politique énergétique de l’UE qui sera discutée au printemps 2010.

Une infrastructure cruciale

En attendant, chaque pays a travaillé de son côté. Ainsi le leader mondial des transmissions électriques, le suédois ABB est en train de poser des lignes pour relier les parcs éoliens irlandais à la terre. Et certaines entreprises ont déjà imaginé la carte d’un vaste réseau européen.

Des lignes électriques interconnectées sont en tout cas cruciales pour utiliser au mieux l’énergie éolienne qui se développe à grands pas — la Grande-Bretagne et le Danemark bataillent pour la première place mondiale de l’éolien offshore.

« Nos pays ont déjà chacun des initiatives nationales en matière d’éolien offshore, mais nous pensons que travailler ensemble peut être une bonne idée », a commenté lundi le ministre fédéral belge de l’Energie, Paul Magnette (PS), cité par l’agence Belga.

Les neuf pays  signataires vont étudier la mise en place d’une interconnexion des différents parcs éoliens marins pour compenser au mieux les variations locales du vent. Déjà certains pays scandinaves ont relié leurs parcs et s’entraident en cas de baisse de production locale.

Un groupe d’experts des 9 pays va étudier la faisabilité du projet, son coût, les ressources disponibles, les synergies possibles. Pour mémoire, les Vingt-sept se sont engagés l’an dernier à porter à 20% la part des énergies renouvelables dans leur consommation énergétique d’ici 2020.

Projets de supergrids en Chine et aux USA

L’UE n’est pas la seule à rêver du supergrids : la Chine travaille sur un projet similaire pour couvrir son immense territoire, et connecter ses parcs éoliens de Mongolie aux régions plus peuplées du sud du pays.

Les Etats-Unis aussi ont prévu d’investir des milliards pour créer les lignes indispensables pour relier leurs parcs éoliens en plein développement, généralement situés dans des zones moins habitées — les plaines venteuses du Texas, notamment — et qu’il faut connecter au réseau général.

Le transport de l’électricité éolienne risque en effet d’être un frein à son développement, pour des raisons de coûts comme pour des raisons techniques. Selon le patron d’Areva T&D Philippe Guillemot, pour chaque euro dépensé dans un parc éolien, il faudrait un euro d’infrastructure électrique.