L’énergie de la maison devient intelligente

Print Friendly, PDF & Email

Image 33Qui connaît la consommation énergétique de sa maison en temps réel, et son évolution au gré des jours et des saisons ? Peu de monde aujourd’hui. Le marché des systèmes de gestion de l’énergie de l’habitat émerge tout juste et les industriels se battent déjà pour ce secteur d’avenir. Il est estimé à 28,1 millions d’utilisateurs dans le monde en 2015, selon la dernière étude du cabinet américain Pike Research.

L’énergie, connectée et en temps réel

L’émergence des réseaux électriques plus intelligents (smartgrid) associés aux compteurs communicants (smartmeters) ouvre la voie aux solutions de gestion intelligente de l’énergie, intégrées à Internet.  Les facettes sont multiples : outils de mesure, logiciels, écrans d’affichage, systèmes intégrés…

C’est la maison du futur, intelligente et entièrement connectée au web, celle qui fascine dans les films d’anticipation. Les problèmes liés à l’énergie poussent à repenser la gestion électrique de la maison : connaître en quasi temps réel ce qu’elle consomme, piloter et programmer les équipements électriques grâce à un tableau de bord unique, optimiser l’éclairage, le chauffage et la climatisation, etc.

Un projet pilote d’EDF

Les grands groupes français s’intéressent de près à ce secteur. Récemment, EDF a annoncé un projet pilote en Bretagne sur 600 foyers visant à maîtriser plus facilement l’énergie de l’habitat. Le groupe, via sa filiale Edelia, pourra couper sur de courtes durées certains appareils électriques afin de faciliter l’équilibre entre offre et demande d’électricité. L’utilisateur disposera en contrepartie d’un panel de services de gestion énergétique de sa maison accessible sur Internet.

Autre exemple, Schneider Electric se positionne avec des outils de domotique et des solutions améliorant le confort de l’habitat, le tout dans un souci d’efficacité énergétique.

Subventions aux Etats-Unis

Aux Etats-Unis, GridPoint, actif sur le marché du smartgrid, offre des solutions de gestion de ce type. Microsoft travaille également sur des logiciels permettant aux compteurs électriques de communiquer avec des appareils électriques pour gérer au plus près leur consommation d’énergie. Google a déjà sorti un logiciel de gestion GooglePowerMeter.

Et le marché est stimulé par la pluie de subventions distribuée par le gouvernement américain sur le secteur du smartgrid et de l’efficacité énergétique.

Marché des écrans d’accueil

A côté des logiciels, les écrans qui accueilleront les données énergétiques et permettront un pilotage aisé constituent un autre marché de poids. Accrochés comme des tableaux sur le mur des maisons ou posés sur un meuble par exemple, ces écrans sont le plus souvent tactiles et font office de tableau de bord de l’énergie.

Pike Research estime à 14,4 millions le nombre de dispositifs d’affichage installés en 2015. Sur ce marché se trouve le plus souvent des acteurs offrant déjà des solutions de gestion énergétique : Energate, Green Energy Options (photo), Onzo ou encore OpenPeak aux Etats-Unis.

L’enjeu des normes

Au delà des écrans, la gestion de l’énergie sera pilotée sur des plateformes web : en 2015, Pike Research estime le nombre d’utilisateurs à 11,1 millions sur ordinateur et à 2,6 millions sur téléphone mobile.

Reste le problème des normes de communication, un enjeu de taille. Pour une gestion intelligente entre les équipements de la maison, le compteur électrique et les supports d’affichage, un même langage doit exister. Le système IO-Homecontrol, par exemple, permet de contrôler portes, fenêtres de toit, volets roulants et stores, éclairages, chauffages et climatisation grâce à une plateforme unique. L’ensemble peut être piloté et programmé via un tableau de bord unique (un ordinateur par exemple) pour optimiser l’énergie de la maison.

La bataille est engagée sur ce terrain déterminant pour le marché de la consommation énergétique de l’habitat.

Alexandre Simonnet