L’Espagne approuve 9 000 MW d’installations d’énergies renouvelables

Print Friendly, PDF & Email
Iberdrola_espagne
© Iberdrola

Le gouvernement espagnol a donné son feu vert à 338 installations d’énergies renouvelables, en construction ou en projet, en vue de l’attribution d’un tarif de rachat d’électricité subventionné. 96% de l’ensemble concerne le secteur éolien et solaire thermique. Les champions espagnols Iberdrola Renovables, Abengoa Solar et Acciona s’accaparent près de 50% de la puissance cumulée, évaluée à 9 050 MW. Mais les professionnels de l’éolien espagnol dénoncent un net ralentissement.

Eolien en force

Pré-agréée par le Ministère de l’Industrie, la production de ces installations pourra être vendue au réseau à un tarif avantageux, entre 2010 et 2013. Cette politique s’inscrit dans les objectifs fixés par le Plan espagnol pour les énergies renouvelables 2005-2010.

Sur ces 9050 MW, deux technologies dominent : le solaire thermique avec 2339,89 MW (26%) et surtout l’éolien avec 6389,04 MW (71%). Le reste des attributions concernent le biogaz, la biomasse, la cogénération et les petites centrales hydroélectriques.

Les industriels poussent désormais les autorités espagnoles à élaborer un Plan pour les énergies renouvelables sur la période 2011-2020.

Iberdrola grand gagnant

Le leader mondial dans le développement de parc éolien, Iberdrola Renovables, s’est vu attribuer 1175 MW dans l’éolien soit près de 20% de l’ensemble des projets éoliens attribués, ainsi que 50 MW de solaire thermique, dit aussi solaire à concentration.

Abengoa et Acciona dans le coup

Son compatriote Abengoa a présenté 13 projets solaires à concentration concernés par les attributions tarifaires. De 50 MW de puissance unitaire, la capacité totale sera de 650 MW, soit 7% des 9050 MW.

Acciona pour sa part a obtenu l’approbation de 1104 MW soit 12% des attributions : 29 projets éoliens sont concernés pour 824 MW au total. L’espagnol développera aussi 5 centrales solaires thermiques de 50 MW chacune et 30 MW de biomasse.

L’Espagne devient grande dans l’éolien

Au total, ce sont 243 installations éoliennes et 56 centrales thermiques concernées par les plans du gouvernement espagnol. Après être devenu un grand du solaire, l’Espagne s’émancipe aussi dans l’éolien.

Il devient le deuxième  producteur en Europe avec 18 GW raccordés au réseau fin 2009, soit 2,6 GW de plus en un an, selon le dernier bilan du gestionnaire du réseau électrique, juste derrière l’Allemagne (23 903 MW). Et ses industriels font désormais partie des leaders mondiaux.

Au final, la consommation d’électricité issue des énergies renouvelables en Espagne a représenté 12,4% de la consommation d’énergie du pays en 2009 selon le secrétaire d’Etat espagnol à l’Energie. Et la production d’énergie a été couverte à 25% par des sources renouvelables, soit 4 points de plus par rapport à 2008, dont 13% couverts par le seul éolien qui est ainsi passé devant le charbon pour la première fois de l’histoire du pays.

Mais l’industrie éolienne est très déçue

Après avoir attendu pendant des mois cette décision d’agrément, l’Association espagnole de l’éolien était amèrement déçue, car elle espérait que bien davantage de parcs seraient agréés.

L’AEE souligne que sur ces agréments de 6,3 GW, en réalité 4 GW de parcs étaient déjà en construction ou en activité et qu’il ne s’agira donc que de 2,3 GW supplémentaires qui seront subventionnés d’ici à 2012. En conséquence, le rythme des installations éoliennes nouvelles en Espagne va selon l’AEE reculer à 780 MW par an en moyenne, le tiers du rythme de ces dernières années,  et le secteur risque de perdre « des milliers d’emplois » sur les quelque 40.000 emplois qu’il génère.