Bonne nouvelle pour l’éolien : baisse de la fiscalité

Print Friendly, PDF & Email

assemblee-nationale_1255288335Les promoteurs de l’éolien en France peuvent sabler le champagne: le budget de l’Etat pour 2010, adopté vendredi, a finalement décidé d’appliquer à l’éolien, en lieu et place de la taxe professionnelle, un impôt forfaitaire de 2.913 euros par mégawatt et par an — au lieu des quelque 4.000 euros par MW qui résultaient en moyenne de la taxe professionnelle actuelle.

Le Sénat et l’Assemblée ont en effet décidé d’aligner la taxe forfaitaire applicable à l’éolien sur celle des autres centres de production d’énergies (fossiles et renouvelables) soit 2.913 par MW et par an.

Le Syndicat des énergies renouvelables a applaudi l’adoption de cet amendement de dernière minute, qui a sauvé l’éolien, car la première mouture du texte prévoyait de lui appliquer une taxe forfaitaire de 8.000 euros par MW — doublant grosso modo la taxe professionnelle actuelle.

« Cette disposition évite la déstabilisation de l’ensemble de la filière éolienne, en particulier des PME et des grands groupes français qui n’ont pas hésité à investir dans leurs outils industriels ces dernières années, en créant 2 000 emplois en 2008. L’industrie éolienne emploie aujourd’hui 10 000 personnes en France et représentera 60 000 emplois en 2020, quand les objectifs du Grenelle – soit 25 000 MW installés – auront été atteints », argumente le Syndicat.

L’alignement de la taxe à 2.913 euros par MW vaut aussi pour les énergies marines, elles aussi menacées dans un premier temps d’une taxe à 8.000 euros par MW et par an.