Accord ou non à Copenhague, le green business continuera sur sa lancée

Print Friendly, PDF & Email

Quoi qu’il arrive à Copenhague, le moteur des investissements « verts » sera difficile à arrêter : les investissements mondiaux dans les cleantech devraient atteindre 200 milliards de dollars en 2010, un record absolu, grâce à la fois aux dépenses publiques et aux investissements privés, selon les prévisions du cabinet New Energy Finance.

Ces investissements seront ainsi en hausse de 50% par rapport aux 130 milliards prévus en 2009, qui ont marqué une pause après les 155 mds de 2008.

Argent public

L’un des moteurs sera public : les investissements et subventions prévues par les plans de relance « verts » aux Etats-Unis, en Asie (Chine, Japon, Corée notamment) et en Europe devraient doubler à 60 milliards de dollars. Au total, les plans « verts » mondiaux dépassent 177 milliards de dollars programmés sur plusieurs années.

Ces derniers jours, par exemple, le Département américain de l’Energie vient d’annoncer qu’il avait alloué 1 milliard pour 3 projets de captage du carbone et la Grande-Bretagne vient de donner son feu vert au déploiement de compteurs intelligents dans tous les foyers

Argent privé

Côté privé, les grandes entreprises accélèrent leurs dépenses, surtout dans l’éolien. Parmi les plus récentes, le japonais Panasonic a annoncé qu’il allait investir 1 milliard de dollars dans les cleantech, l’espagnol Iberdrola et le portugais EDP, respectivement n°1 et n°2 mondiaux de l’éolien, viennent d’annoncer qu’ils investiraient plusieurs milliards dans l’éolien aux Etats-Unis.

Egalement ces derniers jours, la compagnie d’électricité américaine PG&E a racheté un parc éolien pour 900 millions de dollars, le fonds américain Hudson Clean Energy a levé 1 milliard pour les cleantech, la compagnie de Hong Kong CLP Holdings construit un parc offshore pour 900 millions de dollars… Et chez les compagnies d’énergie américaines, American Electric prévoit de construire 2 GW d’éolien d’ici fin 2011 et NRG Energy veut dépenser 2 milliards de dollars dans les 6 prochaines années

Fusions-acquisitions

Les fusions-acquisitions à plusieurs centaines de millions deviennent plus fréquentes. La semaine dernière a été annoncée la vente programmée d’Areva T&D pour 4 milliards d’euros et des rumeurs d’OPA de Carlyle sur le groupe de gestion des déchets britanniques Shanks pour 535 millions de livres (600 M euros) ont fait bondir de 40% son cours en Bourse.