SAIC propose ses talents de voyance aux réseaux électriques

Print Friendly, PDF & Email

Transformateur électriqueSi parmi vous certains se demandent encore en quoi les réseaux électriques de demain seront intelligents, une partie de la réponse se trouve peut-être dans une innovation proposée par la société américaine SAIC (Science Applications International Corporation).

Après un an de recherche, cette société d’ingénierie implantée en Virginie (10 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2008 et 45 000 salariés), qui intervient essentiellement dans la défense et l’énergie, vient de présenter un outil capable d’identifier et de prédire les pannes sur le réseau de distribution et de transmission d’électricité aux Etats-Unis. Et cela des semaines, voire des mois à l’avance.

Quand la science-fiction devient réalité

Fini donc les défaillances du réseau électrique américain comme en Californie en 2001 ou sur la côte nord-est en 2003 ? L’enjeu est de taille. D’autant qu’il n’y a pas qu’aux Etats-Unis que le problème se pose : la France pourrait, également, connaître des coupures électriques  durant l’hiver.

Le logiciel, baptisé Distribution Monitoring System, est une application d’intelligence artificielle : il détermine le futur en se basant sur sa connaissance du passé et du présent du réseau électrique. Par des puissances de calcul importantes, les informations concernant le réseau sont combinées en temps réel.

Intelligence artificielle

Pour en arriver là, le logiciel comprend quatre éléments importants. Un puissant moteur informatique, élaboré par Zementis, une société de San Diego (Californie) partenaire de SAIC, traite d’abord les événements du réseau en analysant les données des deux dernières années, voire plus, et leurs interactions.

De là, une base de données « intelligente » corrèle les défauts et les défaillances afin de repérer les problèmes responsables des pannes.

Ensuite, à l’instar d’un réseau de neurones, un système d’intelligence artificielle déduit où une panne est susceptible de se produire et à quel moment. Dernière étape : le logiciel se couple à Google Earth pour identifier sur une carte les équipements en situation de défaillance potentielle et prévenir directement par mail les opérateurs locaux concernés.

La question du prix de déploiement d’un tel programme, tout comme sa fiabilité et la sécurisation des données, reste encore en suspens.

Mais avec la nécessité d’améliorer l’efficacité des réseaux électriques, le développement de ce genre d’applications semble inéluctable.

Alexandre Simonnet