Baisse des émissions de CO2 des grands électriciens européens

Print Friendly, PDF & Email

Image 1Les principaux énergéticiens de l’Union européenne ont émis moins de CO2 en 2008 par rapport à 2007, pour une production électrique constante. C’est le constat de l’indice annuel Facteur Carbone Europe, publié par le cabinet PricewaterhouseCoopers (PwC) et Enerpresse. Cette analyse conjointe fait le bilan des émissions de gaz carbonique des 20 principaux électriciens européens.

Développé depuis 2000, le Facteur Carbone mesure les émissions de CO2 de chaque électricien par rapport à sa production électrique effective (l’indice se mesure en kg CO2/ MWh produit).

Les 20 énergéticiens composant l’indice représentent 68% de la production d’électricité européenne et 53% des émissions de CO2 du secteur énergétique européen. Les énergéticiens de l’Europe de l’Est sont très minoritaires dans l’indice.

Pour mieux comprendre l’indice facteur Carbone : plus il est faible, moins la production électrique rejette de gaz carbonique.

Rupture à la baisse

Le Facteur Carbone Europe a baissé de  7% entre 2007 et 2008, à 350 kg CO2/Mwh. Les auteurs de l’étude évoquent la plus importante diminution annuelle jamais enregistrée depuis 2001.

Notons que cet indice était constant de 2001 à 2006, autour d’une valeur moyenne de 370 environ. L’année 2007 avait enregistré un record avec un pic à 374.

L’année 2008 représente donc une rupture positive. Mais il est encore difficile de déterminer si ce changement est purement conjoncturel – lié à la récession et au prix des énergies fossiles, par exemple – ou s’il atteste d’un revirement structurel : impact du paquet énergie-climat, développement des énergies renouvelables, quotas carbone…

Changement du mix énergétique

L’étude souligne en tout cas une décarbonisation à court terme du secteur énergétique européen. 17 des 20 sociétés étudiées présentent une baisse de leur facteur carbone de -3% à -36% entre 2007 et 2008.

La raison principale se trouve dans l’évolution du mix énergétique des grands électriciens : une diminution du charbon au profit d’énergies plus propres (nucléaire ou hydroélectricité).

EDF : un poids décisif

Au niveau global, les plus grands pollueurs sont RWE, E.ON, EDF, Enel et Vattenfall. L’évolution de leurs émissions de CO2 en 2008 a été stable. Ils sont cependant les plus gros producteurs.

Grâce à un facteur carbone faible, les meilleurs élèves 2008 sont EDF, British Energy, PVO ou encore Statkraft. A l’inverse, les cancres ont été DEI, Drax et RWE.

Le groupe EDF, le premier énergéticien européen, influence positivement la valeur du facteur carbone moyen européen grâce à son mix énergétique peu émetteur de CO2 et sa forte production. Si on exclu EDF de l’indice par exemple, le Facteur Carbone Europe augmente de 25%.

Et les énergies renouvelables ?

Le rôle des énergies renouvelables (EnR) est encore limité dans le mix énergétique de l’Union Européenne. L’étude de PwC/Enerpresse fait remarquer que de 2000 à 2007, il n’y a pas eu de décollage structurel de l’électricité d’origine renouvelable sur le continent européen.

La contribution des EnR est donc marginale dans la baisse 2008 du facteur carbone. Cela n’empêche pas cependant l’effet de levier considérable à long terme que représente l’utilisation d’énergies décarbonées.

Deux enjeux majeurs conditionneront l’avenir dans ce domaine : un engagement des Etats en faveur du développement effectif des EnR et un niveau d’investissement important pour faire baisser le Facteur carbone.

Alexandre Simonnet