250 millions de compteurs communicants en 2015 (étude)

FavoriteLoadingAjoutez cet article à vos favoris
Installation de compteurs intelligents par grandes régions 2008-2015
Installation de compteurs intelligents par grandes régions 2008-2015

Alors que l’industrie du smartgrid est en ébullition avec la naissance d’un lobby d’un côté et une pluie de subventions américaines et européennes de l’autre, une nouvelle étude de l’institut américain Pike Research estime le chiffre d’affaire mondial pour les seuls compteurs communicants à 3,8 milliards de dollars en 2015. C’est quatre fois plus en qu’en 2008.

Les « smart meters » ou compteurs communicants vont progressivement remplacer les compteurs électriques traditionnels et former un large réseau intelligent, dit smartgrid. Ils permettront de mieux suivre et contrôler l’utilisation de l’énergie dans les bâtiments.

L’Europe et l’Amérique du Nord en pointe

Pike Research prévoit que la part de marché des compteurs communicants passera de 3,5% actuellement à 18% dans six ans. Autrement dit,  200 millions de ces compteurs vont être installés d’ici à 2015, s’ajoutant aux 46 millions actuels.

La croissance sera tirée par les Etats-Unis et l’Europe. Le marché asiatique ne deviendra significatif qu’à l’horizon 2015. PikeResearch pronostique un pic d’installation à 15 millions en 2012 en Amérique du Nord. Pour l’Europe, le pic devrait arriver plus tardivement vers 2014-2015 (voir graphique). Une autre étude de Capgemini prévoit que 25 à 40% des foyers européens seront équipés de compteurs intelligents d’ici 2012.

Des zones d’ombre

Mais la généralisation à marché forcée de ces systèmes laisse entrevoir de nombreux risques inhérents aux industries de réseau, selon le cabinet.

L’enjeu des standards va ainsi devenir prépondérant, puisque les compteurs doivent communiquer avec l’extérieur (réseau de voisinage, réseau des réseaux…) et l’intérieur (appareils électriques de la maison…).

Avec la multiplication des technologies et des produits, la mise en place de normes d’interopérabilité représente autant d’opportunités que de menaces. D’où une course de vitesse entre les acteurs, qui veulent tous imposer leur système, à l’image de Microsoft ou Cisco.

La sécurité des communications va aussi devenir un enjeu majeur, ajoutant une pression supplémentaire pour l’adoption rapide d’un environnement réglementaire adapté.

De nouveaux entrants comme Google

L’industrie des compteurs électriques est en train de vivre sa plus grande transformation depuis son invention il y a plus d’un siècle. Industriels et distributeurs d’électricité seront forcés de s’adapter ou disparaîtront, selon PikeResearch. Et de nouveaux entrants vont apparaître.

Illustration de cette analyse avec Google, qui vient de faire son entrée sur le marché du smartgrid. Début octobre, le géant américain a dévoilé son logiciel Google PowerMeter qui permet de suivre les consommations d’énergie de sa maison sur Internet et Internet mobile. En prenant la mesure de son utilisation de l’énergie, un consommateur pourrait réduire sa facture de 10 à 20%.

Ce service de Google n’est disponible qu’au travers d’un compteur communicant d’un opérateur. Aux Etats-Unis, des partenariats ont été signés avec différents distributeurs d’électricité, et également au Canada avec Toronto Hydro Electric System et en Inde avec Reliance Energy.

En France, selon la lettre spécialisée Domotique News, Google aurait approché ERDF et son compteur communicant Linky, celui là même qui doit remplacer les 35 millions de compteurs traditionnels français.

En Europe, Google PowerMeter est déjà compatible avec les compteurs des distributeurs d’énergie anglais first:utility et Glasgow EPB et allemand Yello Storm. Et en Italie, Enel travaille sur un projet pilote depuis septembre.