Avec Solel, Siemens se renforce dans le solaire thermique

Print Friendly, PDF & Email

C’est fait ! Après une rude bataille entre prétendants, le champion israélien du solaire thermique, Solel, passe dans le giron de Siemens. Une acquisition qui permet au groupe allemand de creuser l’écart dans le solaire thermique mais qu »il paie au prix fort : 284 millions d’euros. Il a dû revoir son offre à la hausse tant la concurrence semble avoir été acharnée. Plusieurs prétendants se sont en effet affrontés, dont les conglomérats israéliens Arison et Shikun & Binui et plusieurs industriels européens dont les français Areva et Alstom, selon la presse.

Solel avait été mis en vente par le  fonds d’investissement britannique Ecofin, qui détenait 63% du capital et avait confié un mandat de vente au Crédit Suisse.

Un leader mondial du green business

Siemens veut se renforcer dans le secteur. Le groupe vise 25 milliards d’euros de chiffre d’affaires dans le green business en 2010, contre 19 milliards en 2008. Il est leader mondial dans l’éolien offshore et a remporté de gros contrats, comme celui du prestigieux London Array. Et il vient de signer de gros contrats aux Etats-Unis dans l’éolien terrestre, pour plus de 600 millions de d’euros.

Dans le solaire, Siemens se développe dans le photovoltaïque : il a déboursé, en août dernier, 15 millions de dollars pour prendre 40% d’une société… israélienne, Arava Power, spécialisée dans les centrales photovoltaïques.

Le groupe était déjà présent dans le thermique (où on utilise des miroirs pour concentrer la lumière du soleil et créer de la chaleur, ce qui génère de la vapeur pour actionner des turbines et produire de l’électricité) : il est leader mondial sur le marché des turbines à vapeur géantes et a pris, au printemps dernier, une participation importante dans un producteur italien de récepteurs solaires thermiques, Archimede. Avec Solel, il gagne d’un coup une technologie et des parts de marché importantes.

Solel, fondée en 1992, est une belle réussite même si elle n’est pas encore bénéficiaire : elle a réalisé un chiffre d’affaires de 38 millions de dollars en 2008 pour 17 millions de pertes et de 90 millions de dollars au premier semestre 2009 et emploie plus de 400 personnes.

Le groupe, qui a installé des centrales dans le désert du Neguev, a engrangé de gros contrats ces derniers mois, surtout en Espagne et aux Etats-Unis. Il doit notamment construire une centrale de 553 MW (1,2 million de miroirs sur 23 km2) en Californie, dans le désert de Mojave, pour le compte de l’énergéticien PG&E (Pacific Gas & Electric company), dont la livraison est prévue en 2011. C’est l’un des plus importants projets de centrale thermique de la planète.