Les plus grands projets de centrales photovoltaïques en France (Métropole) en 2009

Print Friendly, PDF & Email

lieberoseArticle actualisé le 13 mai 2010

Une centrale intégrée au bâti de 12 MW sur le parking du Parc des expositions de Bordeaux, une centrale au sol de 8 MW sur un ancien terrain minier d’Areva dans le Limousin : les projets de centrales solaires de grande taille se multiplient en France métropolitaine.

Certes, ils restent modestes par rapport aux projets pharaoniques annoncés dans d’autres pays : la Chine a récemment annoncé un projet de 2 gigawatts en Mongolie intérieure, qui sera construit par le fabricant américain de panneaux solaires à couches minces First Solar. Et aux Etats-Unis, la Californie a des projets de 300 et 500 MW !

Actuellement, la plus grande centrale photovoltaïque du monde est allemande : la centrale de Lieberose, d’une puissance installée de 53 MW (photo). Construite par les groupes allemand Juwi et américain First Solar, elle a été inaugurée en août dernier.

Le précédent record était détenu par la centrale portugaise d’Amareleja, d’une puissance installée de 46 MW, mise en service début 2009  à Moura, à 150 km au sud de Lisbonne, et opérée par le groupe espagnol Acciona Energy. Mais elle doit être prochainement étendue à 64 MW.

En France, GreenUnivers a répertorié les principales centrales solaires photovoltaïques, au sol et intégrées au bâti, en activité et en projet, d’une capacité installée minimum de 7 MW. Attention : certaines n’ont pas encore obtenu toutes les autorisations nécessaires.

Sur les 20 centrales présentées ci-dessous, la grande majorité sont en construction et devraient être mises en service en 2010 et 2011. Le groupe EDF Energies Nouvelles, filiale à 50% d’EDF, est à l’origine de sept d’entre elles dont deux gros projets de centrale intégrée au bâti, à Bordeaux et à Marseille.

Les projets devraient continuer à fleurir dans les prochains mois : le gouvernement ambitionne de doter chaque région d’une centrale photovoltaïque en 2011. Les appels d’offres ont été publiés au printemps 2009 au Journal officiel de l’Union européenne et le cahier des charges est disponible sur le site de la Commission  de Régulation de l’Energie.

Centrales photovoltaïques au sol en activité

7 MW de puissance installée à La Narbonnaise, Aude (Languedoc-Roussillon). EDF Energies Nouvelles a inauguré le 18 décembre 2008 cette centrale de 95 000 modules à couches minces fournis par la société américaine First Solar.

Centrales photovoltaïques au sol en projet

96 MW à La Barben, Bouches-du-Rhône (PACA). Ce très ambitieux projet de Voltalia près de Marseille a été légèrement revu à la baisse : 96 MW de puissance installée prévus au 23 février 2010, contre 104 MW annoncés initialement. L’investissement est chiffré à « plus de 300 millions d’euros » par la société. La demande de permis de construire est en cours d’examen. La construction se fera par tranches de 10 MW et pourrait démarrer fin 2010. Mise en service prévue fin 2011.

– Entre 90 et 100 MW à Crucey-Villages, Eure-et-Loir (Centre).  Le projet prévoit une centrale photovoltaïque sur l’ancienne base de l’Otan. L’investissement est estimé à plus de 300 millions d’euros selon la presse régionale. L’appel d’offres devrait être lancé au cours du deuxième trimestre 2010.

76 MW au Gabardan, dans les Landes (Aquitaine). Un projet mené par EDF Energies Nouvelles, prévue en plusieurs étapes. Une première tranche de 2 MW, équipée de trackers de la start-up Exosun, est en cours de construction, pour un coût d’environ 13 millions d’euros.

33 MW à Curbans, Alpes-de-Haute-Provence (PACA). GDF Suez a confirmé, début février 2010, la construction de cette centrale, annoncée depuis plusieurs mois et différée. Elle sera installée sur un terrain de 60 hectares. Elle comptera près de 145 000 panneaux photovoltaïques et produira 43,5 millions de kWh par an. Investissement estimé autour de 150 millions d’euros. Mise en service prévue en août 2011.

35 MW à Lunéville, Meurthe-et-Moselle (Lorraine). La société M3P Solar basée dans le Rhône et son partenaire allemand Q-Cells envisagent d’implanter 35 hectares de panneaux solaires sur une surface agricole de 80 hectares. Investissement estimé : 100 millions d’euros.

30 W à Thorame-Haute, Alpes de Haute-Provence (PACA): Projet développé par BP Solar et Winch Energy. Construction prévue au 1er trimestre 2011.

Entre 24 et 36 MW projetés à Revest-les-Eaux, Var (PACA). Ce projet est mené par Electrabel France, filiale du groupe GDF Suez. Mise en service envisagée en 2010.

25 MW à Cap’Découverte, Tarn (Midi-Pyrénées). La filiale française de l’installateur allemand Juwi construira et exploitera le site, constitué de 5 centrales au sol : 2 sur la commune de Blaye-les-Mines, 1 au Garric et 2 à Cagnac-les-Mines. Sous réserve de l’obtention du permis de construire auprès de la Préfecture, les premiers panneaux devraient être installés dans les dix-huit mois, avec une première tranche mise en service mi-2011. L’investissement est évalué entre 80 et 100 millions d’euros.

– 23,7 MW aux Mées (Alpes de Haute-Provence). Solairedirect, via sa filiale commune avec la Caisse des Dépôts Solaire Durance, installe une centrale en deux tranches, la première de 12 MW sera raccordée au réseau au printemps 2010, la seconde de 11,7 MW devrait être mise en service à l’été 2010. Les deux tranches représentent un investissement global d’environ 100 millions d’euros.

– 18 MW aux Mées (Alpes de Haute-Provence). Le groupe Enfinity va construire deux centrales au sol d’une puissance installée totale de 18 MW. Il a racheté deux sociétés projets, Lavansol II et Lavansol M7, à Eco Delta Développement. La première centrale aura une puissance installée de 12 MW et la seconde de 6 MW. Raccordement prévu en 2010.

–  12 MW à Torreilles, Pyrénées-Orientales (Languedoc-Roussillon). Ce projet est mené par Poweo. Investissement estimé : 40 millions d’euros.

Entre 8 et 12MW à Sanvignes, sur la communauté urbaine Creusot-Montceau, Saône-et-Loire (Bourgogne). EDF Energies Nouvelles va construire une centrale au sol avec 150 000 modules photovoltaïques à couches minces sur une trentaine d’hectares. L’investissement sera compris entre 35 et 40 millions d’euros. 150 000 modules seront posés sur une superficie d’une trentaine d’hectares.

10 MW à Daumazan-sur-Arize, Ariège (Midi-Pyrénées). EDF Energies Nouvelles va développer une centrale de 10 MW composée de 95 000 panneaux solaires sur 35 hectares. L’investissement s’élève à près de 40 millions d’euros. Mise en service prévue à l’été 2010.

10 MW à Saint-Martin de Crau sur la décharge à ciel ouvert de la ville de Marseille (Bouches-du-Rhône, PACA). EDF Energies Nouvelles prévoit d’investir 40,7 millions d’euros dans ce projet. L’entreprise va signer un bail emphytéotique de 30 ans avec la ville de Marseille, propriétaire de ce terrain d’une trentaine d’hectares. Mise en service prévue en 2011.

8,9 MW à Saint-Clar, Gers (Midi-Pyrénées). La société lyonnaise Solarezo va installer une centrale de plus de 45 000 panneaux solaires sur une surface de 23 hectares. Investissement estimé : 35 millions d’euros financé par le Crédit Agricole. Premier semestre 2010.

8 MW à Bessines-sur-Gartempe, Haute-Vienne (Limousin). Areva en partenariat avec l’entreprise marseillaise Connexia Energy projettent 70 000 mètres carrées de panneaux solaires sur 25 hectares. Investissement estimé : 36 millions d’euros. Mise en service annoncée en 2011.

7,7 MW à Rapale, Haute-Corse (Corse). Le projet est développé par Akuo Energy et la centrale sera installée par l’allemand Juwi. La mise en exploitation est prévue pour juin 2010.

Centrales photovoltaïques intégrées au bâti en projet :

12 MW à Bordeaux, Gironde (Aquitaine). EDF Energies Nouvelles va déployer 92 000 mètres carrés d’ombrières photovoltaïques sur le parking automobile de 20 hectares du parc d’exposition de Bordeaux-Lac. Investissement : 67 millions d’euros. Mise en service annoncée en 2010.

– 12 MW à Marseille, Bouches-du-Rhône  (PACA). Installées sur une vingtaine de bâtiments des bassins du port de Marseille, ces centrales doivent être opérationnelles en 2012. 40% du site sera installé par EDF EN et 60% par un consortium de 3 entreprises françaises et le britannique NUR Energie. Le montant de l’investissement total n’a pas été révélé.

9 MW à Perpignan, Pyrénées-Orientales (Languedoc-Roussillon). Le projet d’intégration de 68 000 mètres carrés de tuiles solaires sur le toit des entrepôts de Saint Charles International est mené par le développeur français Akuo Energy. Il représente un investissement de 56 millions d’euros. Mise en service en 2010.

Article précédentArabie Saoudite: démarrage du plus grand centre combiné dessalement/électricité (Premium)
Article suivantL’électrique s’invite dans le sport mécanique

14 COMMENTS

  1. Nat,
    1. sachant que la France consomme 500TW/h par an d’électricité,
    2. sachant qu’il faut éviter le rejet de CO2 pour enrailler les changements climatiques à venir
    3. sachant que les réserves naturelles seront épuisées dans 20ans, ou difficiles à aller chercher;

    Peux-tu me dire, comment allons-nous produire l’électricité dont nous aurons besoin à l’horizon 2030 -2040, de façon à répondre aux besoins de nos enfants en harmonie avec l’ensemble des pays du monde?

    Je t’accorde 10 à 15% de réduction de notre consommation (Maîtrise de l’Energie) dans le cadre d’une politique nationale agressive sur le sujet.

    Voilà le problème, dis-moi comment je fais avec quelle source d’énergie! Sachant que pour préparer demain, il faut agir aujourd’hui, créer les filiales industrielles,…

    Ce qui me scandalise en France, c’est le fait que les gens préfèrent critiquer que de se bouger pour faire changer les choses (manifester c’est facile, agir au quotidien c’est largement plus difficile). On conteste mais on apporte aucune solution. On pleure tout le temps. On ne veut pas de nucléaire, de centrale charbon, de centrale gaz de photovoltaïque, d’éolienne….MAIS ON VEUT TOUJOURS AVOIR DE L’ELECTRICITE ET EN PLUS BON MARCHE

    PS.: mettre du PV sur toute les toitures de France relève de l’utopie (contrainte d’orientation, ombrage,…). Pour prendre le contre pied de tes propositions, les friches industrielles sont des lieux très riches en biodiversité. Tout spécialiste faune/flore pourra te le dire.

  2. Selon un communiqué de presse de Winch Energy et BP Solar, une immense centrale solaire devrait voir le jour sur le terrain de la commune de Thorame Haute.

    OUI à l’énergie Photovoltaïque sans dommages collatéraux.
    OUI aux panneaux photovoltaïques le long des autoroutes, sur les toits des bâtiments publics, sur les sites de friches industrielles.
    NON à la dévastation irréversible des sites remarquables.

    Quel est le sens d’un « développement durable » qui détruit le paysage, la faune, la flore ?

    je suis scandalisee

  3. Le spectre d’un recouvrement de notre beau pays par des panneaux solaires est un fantasme!
    L’objectif de la France en capacité PV totale installée d’ici 2020 est de 5,4 GWc. Si l’intégralité de cette puissance était constituée de centrales au sol (totalement improbable, priorité étant donnée en France au bâti), cela ne représenterait « que » 15 000 hectares (Source : Rapport Solaire / Agriculture de Quattrolibri, 2009), soit moins de 0,03 % de la superficie de la France métropolitaine…
    il y a de la place pour tout le monde, d’autant plus que le coût du kWh produit par les centrales solaires au sol est bien moindre que celui produit par les installations sur toitures.

  4. Il y a beaucoup de projets PV au sol, mais ils vont tous être soumis à la nouvelle réglementation qui impose un permis de construire, une étude d’impact et une enquête publique pour les installations de puissance supérieure à 250 kWc, ce qui est le cas pour tous ces nouveaux projets. Si les collectivités locales et les services départementaux de l’agriculture et de l’énergie prennent leurs responsabilités et jouent leur rôle, l’encadrement de ces projets devrait être assuré.

  5. Les projets outre-mer, notamment à la Réunion (océan Indien) ne sont pas décrits dans votre énumération.
    Certains sont pourtant majeurs, en lien avec le projet GERRI soutenu par le président Sarkozy.

  6. Quel gâchis d’espace au sol que ces centrales au sol! A moins que le sol en question soit pourri contaminé… et apparemment il y a beaucoup plus de projets au sol que intégrés au bâti. Quand on pense aux millions de mètres carrés de toits d’entrepôts et supermarchés, etc…

Comments are closed.