Naissance d’un lobby du smartgrid

Print Friendly, PDF & Email

smartgrid initiativeAprès avoir obtenu son propre indice boursier et des levées de fonds en cascade, le smartgrid a maintenant son lobby, avec des appuis sérieux : les groupes américains General Electric, Whirlpool et d’autres grandes entreprises ont décidé de s’allier pour promouvoir le smartgrid à Copenhague.

Un éventail d’entreprises grandes ou plus petites, toutes impliquées dans la gestion intelligente du réseau électrique(smartgrid), y compris concurrentes comme GE et Whirlpool qui tous deux fabriquent des appareils ménagers intelligents, on décidé de lancer un appel pour que le rôle du smartgrid soit reconnu au sein des négociations du Sommet de Copenhague pour la réduction des émissions de CO2.

Elles ont donc créé un réseau appelé Smart Green Grid Initiative (SGGI), que l’ONU a reconnu comme délégation officielle du secteur du smartgrid à Copenhague.

SGGI sponsorisera des projets éducatifs aux Etats-Unis. L’organisation cherchera aussi à prouver aux décideurs gouvernementaux l’importance du secteur pour éviter des émissions de carbone, notamment via la gestion des pics de demande électrique.

Leur argument : les consommateurs qui connaissent leur consommation électrique de près économisent jusqu’à 15% d’énergie, ou plus. Parmi ses promoteurs, des compagnies d’électricité comme National Grid, Southern Company, AEP, ou encore des groupes high-tech comme Google, LG Electronics, des fabricants de compteurs comme Landis + Gyr, Echelon, Tendril, Ice Energy, Enspiria, eMeter et Itron.

Le secteur du smartgrid décidément tente de rassembler ses forces, sauf que tous veulent le dominer : ainsi Cisco rassemble des alliés pour défendre une norme commune, en essayant de se placer au cœur du système, mais il n’est pas le seul.