Les émissions de CO2 vont continuer à grimper en Chine (rapport)

Print Friendly, PDF & Email

Pollution chineAlors que la Chine est déjà le plus gros émetteur de CO2 de la planète avec 24% des émissions mondiales, ses émissions risquent de continuer à grimper au moins jusqu’en 2035 sous l’effet de l’urbanisation croissante, selon un nouveau rapport de la Chinese Society for Urban Studies (CSUS).

Entre 70 et 75% de la population chinoise vivra, en effet, dans les centres urbains en 2050. Or ceux-ci polluent beaucoup en termes de CO2 : la moitié de la population mondiale vit aujourd’hui dans des villes mais elles sont responsables de 75% des émissions mondiales, d’après des statistiques de l’ONU.

Ce rapport ne fait pas l’affaire de Pékin à moins de deux mois du sommet de Copenhague, où doit être négocié l’accord post-protocole de Kyoto. La Chine est réticente à prendre des engagements concrets pour lutter contre le réchauffement climatique mais elle a récemment fait un petit geste : le président Hu Hintao a indiqué, le 22 septembre à New York, qu’elle était prête à réduire « de façon notable » la croissance de ses émissions de CO2. Une déclaration timide mais néanmoins interprétée positivement par la communauté internationale, qui espère que la Chine va finir par accepter des objectifs chiffrés.

Or, selon le rapport, même avec des efforts, l’urbanisation va faire grimper la consommation d’énergie, et donc les émissions de CO2, pendant au moins les quinze prochaines années.

Plus de technologies propres

Pour freiner la croissance des émissions de CO2, la CSUS suggère de mettre en place une réglementation stricte et de développer activement les technologies propres dans les domaines prioritaires comme le transport, le bâtiment, les process industriels et bien sûr la production d’énergie.

La Chine investit déjà beaucoup en matière d’énergie verte : elle est, par exemple, devenue le premier fabricant mondial de cellules solaires et elle a récemment annoncé la construction d’une gigantesque centrale solaire de 2 gigawatts en Mongolie intérieure – le plus gros projet de centrale solaire au monde actuellement. Elle vise 10 GW de solaire en 2020 et 100 GW d’éolien.

Des objectifs spectaculaires mais qui restent toutefois dérisoires par rapport aux 710 GW de production d’électricité annuelle, dont l’essentiel provient des centrales à charbon.