Le Japon annonce avoir développé la batterie miracle

Print Friendly, PDF & Email

Le National Institute of Advanced Industrial Science and Technology (AIST) japonais annonce avoir développé une technologie de batterie qui permettrait de renvoyer le Lithium-Ion aux oubliettes. En vue : une grande amélioration de la densité énergétique. La densité énergétique, c’est en quelque sorte la puissance de la batterie rapportée à son poids. Une caractéristique phare pour une utilisation au sein d’une automobile.

Deux fois plus performant que le Li-Ion ?

La densité énergétique est fonction du voltage par élément et de la capacité, exprimée en Ah/kg. En théorie, la technologie Ni-Li permet de combiner le voltage par élément du Li-Ion à la grande capacité de stockage du Ni-MH. En simplifiant, la batterie combine le nickel (faisant office de cathode) et le lithium métal (l’anode), utilisant une électrolyte organique et séparés par un film de céramique. Affichant ainsi une tension par élément de 3.49v et une capacité de 268 Ah/kg, la densité énergique atteint ainsi 935 Wh/kg, à comparer aux ~400/450 du Li-Ion.

Un travail qui ne fait que débuter

Le travail sur les batteries au Ni-Li en est toutefois à ses débuts. Par le passé, de nombreuses technologies n’ont pas concrétisé tout le potentiel qu’on voyait en elles. C’est ainsi le cas du vieillissant NiMH (qui ne peut monter au-dessus d’un voltage par élément de 1,32v à cause de la limitation de son électrolyte aqueuse) et même du Li-Ion, dont les performances actuelles sont notamment limitées par les qualités intrinsèques du matériau composant sa cathode. Malgré les problématiques restant à dépasser, les chercheurs sont toutefois confiants pour dépasser significativement les capacités actuelles des batteries au Li-Ion.

Plus d’informations sur le Journal of the American Chemical Society.

ni-li