Un éco-calculateur qui montre l’intérêt du transport fluvial

Print Friendly, PDF & Email

eveComparer d’un clic les émissions de CO2 et les dépenses de carburant du transport par voie fluviale par rapport au transport routier : c’est le but d’un logiciel en ligne baptisé EVE, proposé par Voies Navigables de France (VNF).

Cette éco-calculette permet une estimation personnalisée en fonction du type de conditionnement, du tonnage des marchandises, du bassin de navigation, des distances parcourues sur route et sur fleuve, et du type de péniche.

Le résultat est frappant : à partir de 10 tonnes, par exemple sur 300 km, le coût de carburant et les émissions de CO2 diminuent de 30 à 40%.

En terme purement économique, le coût moyen d’une tonne de marchandises transportée sur 350 km revient à 12 euros sur une péniche à grand gabarit, auxquels s’ajoutent 3 euros de coûts externes, alors que par camion, le coût atteint 21 euros (plus 4 euros de coûts externes) et 22 euros par voie ferrée (plus 5 euros indirects).

De quoi commencer à habituer les entreprises à recourir à ce moyen de transport moins cher et moins polluant, mais encore méconnu : 3% seulement des marchandises transitent par voie d’eau en France. Ceci s’explique pour partie par la taille du réseau français et son inégale répartition sur le territoire : moins de 2 000 km de voies sont ouvertes à la circulation des grands gabarits.

Mais la donne va changer : en 2015, le canal Seine-Nord Europe, inscrit au projet de loi relatif à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement, reliera le réseau français aux quelque 20 000 km de voies à grand gabarit du Nord et de l’Est de l’Europe. Déjà les entreprises s’installent sur son trajet, comme récemment le fabricant allemand d’éoliennes Enercon qui va implanter un site de production d’éoliennes sur le futur port de Longueil Sainte-Marie,

voies fluvialesAvec ce nouveau débouché, VNF et son partenaire River Shuttle Containers (RSC), filiale du groupe CMA-CGM, tablent sur une croissance significative du trafic, qui pourrait atteindre jusqu’à 15 millions de tonnes de marchandises transportées à l’horizon 2020.