Indicateur boursier Green Europe : – 1,5% du 18 au 24 septembre

Print Friendly, PDF & Email

Notre indicateur de 38 valeurs européennes de l’environnement Green Europe * consolide cette semaine, sur fond d’amorce d’amélioration des perspectives économiques. Il enregistre une légère baisse de 1,5%, en ligne avec le – 2% du CAC 40 (cotations arrêtées le 24 au soir).

Graphique historique. Cliquez pour agrandir.
Graphique historique. Cliquez pour agrandir.

60 derniers jours. Cliquez pour agrandir.
60 derniers jours. Cliquez pour agrandir.

Par Sabine Burlot, analyste financière pour GreenUnivers.

Une prudence générale en attendant le G20

En l’absence de statistiques, d’actualité majeure sur le front des sociétés, et dans l’attente des premières déclarations en provenance du G20 à Pittsburgh, c’est sur la base du communiqué du Comité Monétaire de la Banque Centrale américaine et de la réaction de la FED que les investisseurs ont fondé leurs décisions en cette fin de semaine. Selon la FED, si l’économie américaine s’est redressée après la grave récession, elle devrait rester faible pendant un certain temps, d’où une incitation à la prudence. Il s’en est suivi une tendance plutôt à la baisse sur les marchés internationaux.

Dans ce contexte, les valeurs qui sauront profiter des plans de relance et de la croissance dynamique attendue dans les pays émergents devraient mieux tirer leur épingle du jeu. Cela est particulièrement vrai pour le secteur des énergies renouvelables.

Côté nouvelles des sociétés, comme nous l’avons dit : pas grand-chose. Le feuilleton VEOLIA se poursuit. Si à présent la nomination de Henri Proglio à la présidence d’EDF semble acquise pour tout le monde, les hypothèses vont bon train concernant sa succession à la tête de VEOLIA : Jean-Louis Borloo (rumeur démentie), Jean-Marc Espalioux… En tout cas, le titre ne réagit plus à ces différents scénarios.

Des prises de bénéfices sur la plupart des valeurs

Cette semaine, nous assistons surtout à des prises de bénéfices après les fortes hausses enregistrées par nombre des valeurs de l’indicateur Green Europe :

VESTAS : +26,8% depuis le 7 avril/-3,8% cette semaine
THEOLIA : +49,7%/-3,4%
EDF EN : +30,4%/-1,75%
GAMESA : +33,8%/-4,5%
ABENGOA : +73,4%/-3,2%
SMA SOLARTECH : +84,4%/-1,3%
ROTH&RAU : +68,1%/-3,5%

Deux exceptions : SECHE ENVIRONNEMENT et SAFT

SECHE ENVIRONNEMENT a bondi de plus de 6% sur la semaine. Les valeurs de l’environnement (recyclage, propreté…) dont l’activité est directement liée à l’activité économique avaient été sévèrement touchées par la crise. A présent l’horizon s’éclaircit, d’où un regain d’intérêt pour les valeurs de ce secteur.

Notons que Natixis recommande l’achat de SECHE ENVIRONNEMENT avec un objectif de cours relevé à 73 euros.

Après 85% de hausse depuis le 7 avril, le titre SAFT continue de progresser de 4 % cette semaine. SAFT GROUP a souffert de la crise comme tout le monde. Rappelons un bénéfice net en baisse de 4 %, à 21,6 millions d’euros au premier semestre 2009, pour un chiffre d’affaires en recul de 10 %.

Si le groupe a revu sa prévision de chiffre d’affaires en baisse pour l’année, maintenant néanmoins son objectif de marge opérationnelle à 18 %, il n’en demeure pas moins que l’avenir est plutôt souriant. Leader mondial des batteries de haute technologie et fournisseur de batteries au nickel-cadmium pour les véhicules électriques ou hybrides, SAFT sera porté par la multiplication des modèles de voitures électriques dont certains devraient être commercialisés dès 2010.

En outre, le groupe français est engagé dans le solaire  avec ses batteries lithium-ion qui permettent le stockage d’énergie. Il a récemment signé deux  partenariats très prometteurs, un avec l’américain Apollo Solar et l’autre avec Schneider Electric. Au cours actuel, le ratio Ev/Ebitda (12 prochains mois) s’établit à 9,47, un niveau qui n’est pas excessif. Néanmoins  la forte progression enregistrée nous incite à la prudence. Toute plus-value sera bonne à prendre.

* : Pour connaître la méthodologie de l’indicateur, cliquez ici.