UE : Bruxelles veut des camionnettes, vans et minibus moins polluants

Print Friendly, PDF & Email

Comme pour les voitures particulières, les constructeurs automobiles européens risquent d’être contraints de sortir des véhicules utilitaires légers moins émetteurs de CO2, si la Commission européenne parvient à mener à terme les négociations qu’elle veut lancer en septembre-octobre avec les gouvernements de l’UE, pour imposer cette nouvelle règle aux fabricants de camionnettes, vans et autres minibus, selon la presse allemande.

La Commission, qui veut s’occuper de cette catégorie de véhicules qui n’est pas encore touchée par les plafonds d’émissions de CO2, s’attend à un surcoût de 1.600 à 6.000 euros par unité. Les voitures particulières sont elles réglementées par un accord conclu en décembre 2008 avec les constructeurs européens.

Bruxelles voudrait ramener les émissions des utilitaires à 175 grammes de CO2 par kilomètre en 2012, contre 200g/km actuellement, puis à 160g/km en 2015, une réduction que prévoyait déjà un document stratégique de la Commission de 2007.

La perspective inquiète déjà les industriels, dont les ventes d’utilitaires, à cause de la crise, ont chuté de 40%  entre juin 2008 et juin 2009, par rapport aux 2 millions d’utilitaires vendus par an en Europe toutes marques confondues. Ils demandent une transition d’au moins 7, voire 10 ans.

Les camions, autobus et autocars, qui ne sont pas encore réglementés, seront les prochains sur la liste, selon la Commission.

Pour les voitures particulières vendues en Europe, les constructeurs doivent déjà, comme le prévoit l’accord européen du 1er décembre 2008, réduire sur la période 2012-2015 la moyenne des émissions de CO2 à 130  g/km contre 159 g/km en 2005. A l’origine, la Commission voulait cette réduction dès 2012.