Deals du 17 au 24 août 2009: semaine allemande et solaire

Print Friendly, PDF & Email

Carbone

International

Premier site de captage de CO2 mis en service en Allemagne : un site expérimental de séparation de CO2 a été mis en service au centre d’innovation sur le charbon de l’énergéticien RWE à Niederaussem, en Rhénanie du Nord-Westphalie, dans l’ouest de l’Allemagne. Fruit d’un partenariat entre RWE, le chimiste BASF et le spécialiste de l’ingénierie et des gaz industriels Linde, ce site a coûté 9 millions d’euros, dont 40% pris en charge par le gouvernement fédéral. Le land de Rhénanie du Nord-Westphalie veut réduire ses émissions de CO2 de 81 millions de tonnes d’ici 2020.

Le Sénat australien retoque le projet de marché du carbone. Les Sénateurs ont voté contre le projet de loi introduisant un marché du CO2 sur le modèle européen. C’est un nouveau revers pour le Premier ministre Kevin Rudd, qui avait déjà dû revoir ses ambitions à la baisse et reporter la mise en place de ce marché des quotas de CO2 à 2011 en raison de la crise financière. Il a malgré tout réussi à sauver l’objectif de 20% d’énergies renouvelables en 2020 qui figurait dans le projet de loi. 22 milliards de dollars australiens (12 milliards d’euros) d’investissement sont prévus pour favoriser cette montée en puissance.

Les compagnies aériennes contestent Bruxelles sur leurs futurs quotas de CO2. Alors que Bruxelles veut plafonner les émissions des camionnettes et minivans, la Commission européenne a remis à l’automne, au mieux, la fixation du plafond d’émissions de CO2 qui s’appliquera au secteur aérien à partir de 2012 dans le cadre de la phase 3 du système européen d’échange de quotas. Elle doit fixer ce seuil en fonction de la moyenne des émissions du secteur en 2004, 2005 et 2006. Une première estimation à 216 millions de tonnes ayant été contestée par l’Association internationale du transport aérien, Bruxelles a reporté sa décision. L’enjeu est énorme pour les compagnies : selon une étude du cabinet britannique Point Carbon, elles risquent de devoir débourser 1 milliard d’euros en 2012 pour acheter des quotas.